LA PHOTO. Elections: les observateurs de l'UE font leur retour au Zimbabwe

Des cadres de l'Union européenne sont présents pour observer les élections générales qui auront lieu au Zimbabwe le 30 juillet. Une première depuis 2002, année où le chef de la délégation de l'UE de l'époque s'était fait expulser juste avant le scrutin. Ce processus démocratique ne peut avoir lieu qu'à la faveur du départ de Robert Mugabe, qui a gouverné le Zimbabwe sans partage pendant 37 ans.

Ils ne seront pas moins de 140, le 30 juillet prochain, à observer les élections présidentielle et législatives. Pour l\'instant, l\'ensemble des forces n\'est pas encore déployé, mais une cinquantaine de personnes se trouvent sur le terrain depuis le mois d\'avril. L\'Europe se réjouit de la volonté claire et affichée d\'Emmerson Mnangagwa, l\'actuel président, que les élections se passent dans un climat apaisé. «La vice-présidente, Federica Mogherini, a salué l’engagement du gouvernement du Zimbabwe en faveur d‘élections pacifiques, transparentes et crédibles», a annoncé un communiqué de presse qui fait suite à la rencontre, à Bruxelles, entre Sibusiso Moyo, ministre zimbabwéen des Affaires étrangères et des Relations internationales, et la vice-présidente de la Commission de l’Union européenne.
Ils ne seront pas moins de 140, le 30 juillet prochain, à observer les élections présidentielle et législatives. Pour l'instant, l'ensemble des forces n'est pas encore déployé, mais une cinquantaine de personnes se trouvent sur le terrain depuis le mois d'avril. L'Europe se réjouit de la volonté claire et affichée d'Emmerson Mnangagwa, l'actuel président, que les élections se passent dans un climat apaisé. «La vice-présidente, Federica Mogherini, a salué l’engagement du gouvernement du Zimbabwe en faveur d‘élections pacifiques, transparentes et crédibles», a annoncé un communiqué de presse qui fait suite à la rencontre, à Bruxelles, entre Sibusiso Moyo, ministre zimbabwéen des Affaires étrangères et des Relations internationales, et la vice-présidente de la Commission de l’Union européenne. (MARCO LONGARI / AFP)
Deux observateurs s'entretiennent avec une famille de Nyatsime, près de Harare Ils ne seront pas moins de 140, le 30 juillet prochain, à observer les élections présidentielle et législatives. Pour l'instant, l'ensemble des forces n'est pas encore déployé, mais une cinquantaine de personnes se trouvent sur le terrain depuis le mois d'avril. L'Europe se réjouit de la volonté claire et affichée d'Emmerson Mnangagwa, l'actuel président, que les élections se passent dans un climat apaisé. «La vice-présidente, Federica Mogherini, a salué l’engagement du gouvernement du Zimbabwe en faveur d‘élections pacifiques, transparentes et crédibles», a annoncé un communiqué de presse qui fait suite à la rencontre, à Bruxelles, entre Sibusiso Moyo, ministre zimbabwéen des Affaires étrangères et des Relations internationales, et la vice-présidente de la Commission de l’Union européenne.