VIDEO. "C'était eux ou les otages, ils ont choisi" : le père et la compagne d'Alain Bertoncello témoignent

Au lendemain de l'hommage national rendu aux Invalides, la famille revient pour France 2 sur l'engagement du soldat de 28 ans.

Au lendemain de l'hommage national rendu aux Invalides aux deux soldats tués au Burkina Faso, le père et la compagne du soldat Alain Bertoncello ont accepté de livrer leur témoignage au micro de France 2, mercredi 15 mai.

"J'ai ressenti] beaucoup d'émotion" lors de la cérémonie, explique Jean-Luc Bertoncello, père du soldat tué lors de l'opération menée au Burkina Faso pour libérer des otages. "Personnellement, j'ai trouvé que les paroles de notre président étaient fortes, justes." Quant à Léa Latourte, également militaire, elle commence à ressentir elle aussi "un peu d'apaisement". Celle-ci retient également l'émotion des frères d'armes du commando Hubert, qu'elle a perçue "même à travers leurs masques".

"On ne peut pas être préparé à ça"

"J'espérais au début que ça soit un accident, je l'espérais très fort, mais pas la mort. On ne peut pas être préparé à ça", déclare la compagne du soldat. Alain Bertoncello avait rejoint le commando Hubert en juillet 2017. C'était "une passion", commente Léa Latourte. "On n'en parlait pas, complète son père. Il arrivait et était rayonnant. Il repartait, il était heureux. J'imagine que ça représentait beaucoup".

Jean-Luc Bertoncello, lui, résume en quelques mots l'engagement ultime de son fils : "C'était eux [les deux soldats tués] ou les otages, ils ont choisi". Après la mort d'Alain, il s'est posé des questions. "Est-ce que ça a du sens ? Donc on le cherche, ce sens. Si nous sommes libres, tranquilles, en sécurité, c'est parce que certains de nos enfants sont là-bas et font ce qu'il faut."

Léa Latourte et Jean-Luc Bertoncello, père d\'Alain, soldat tué au Burkina Faso. 
Léa Latourte et Jean-Luc Bertoncello, père d'Alain, soldat tué au Burkina Faso.  (FRANCE 2)