Soldats tués au Burkina Faso : hommage et émotion

Un hommage sera rendu mardi 14 mai aux soldats tués au Burkina Faso qui ont fait sacrifice de leur vie pour sauver quatre otages. À Saint-Mandrier-sur-Mer (Var), l'émotion est immense.

Le chagrin du père d'Alain Bertoncello est grand. Son fils est tombé au combat vendredi 10 mai pour sauver les otages au Burkina Faso. Son combat a toujours fait la fierté de ses parents. "Mon fils a participé à une mission réussie, il y a quelque chose qu'il appréciait énormément, c'était le lien qui existe entre tous ces gens qui vivaient, s'entrainaient avec lui. Ils prennent des risques et les conséquences peuvent être graves. Quand il a signé, il savait", déclare rempli d'émotion Jean-Luc Bertoncello.

Tristesse dans le Var

Alain Bertoncello avait passé son enfance dans un village de Haute-Savoie. Son ancienne institutrice, se souvient : "C'était un enfant adorable, avec beaucoup d'humour, et qui faisait la joie de vivre de sa classe". Cédric de Pierrepont était aussi connu pour son sens du devoir. À Saint-Mandrier-sur-Mer (Var), les militaires s'y entrainaient. Les frères d'armes sont bouleversés. "On est tous touchés par rapport à ces deux pertes", explique Richard Fuster, élève en mécatronique.
Les gens déposent des fleurs pour leur rendre hommage. Nombreux sont émus dans la commune. "J'ai une pensée pour ces gens libérés qui vont porter toute leur vie le sacrifice des deux gaillards", avance un habitant de la ville. Un hommage national leur sera rendu aux Invalides mardi 14 mai.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les otages libérés au Burkina Faso à leur arrivée à l\'aéroport de Vélizy-Villacoublay (Yvelines), le 11 mai 2019.
Les otages libérés au Burkina Faso à leur arrivée à l'aéroport de Vélizy-Villacoublay (Yvelines), le 11 mai 2019. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)