Twitter de retour au Nigeria après sept mois de suspension

Les autorités nigérianes affirment qu'après plusieurs mois de négociations, Twitter a finalement accédé à "toutes les conditions fixées par le gouvernement fédéral".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un utilisateur ouvre l'application Twitter, le 24 avril 2021, à Berlin (Allemagne). (FABIAN SOMMER / DPA / AFP)

Twitter est de nouveau opérationnel au Nigeria"Le président Muhammadu Buhari a approuvé la levée de la suspension (...) à partir de minuit aujourd'hui", a annoncé le directeur de l'Agence nationale pour le développement des technologies de l'information, mercredi 12 janvier. "Nous sommes heureux que Twitter ait été rétabli pour tout le monde au Nigeria, a réagi un porte-parole du réseau social, contacté par l'AFP. Notre mission au Nigeria – et partout dans le monde – est de servir la conversation publique. Nous sommes profondément engagés au Nigeria, où Twitter est utilisé par les gens pour le commerce, l'engagement culturel et la participation civique."

Les autorités nigérianes affirment qu'après plusieurs mois de négociations, Twitter a finalement accédé à "toutes les conditions fixées par le gouvernement fédéral", notamment en matière de taxation et de gestion des contenus ne respectant pas les lois locales. Le réseau social s'est "également engagé à établir une entité légale au Nigeria durant le premier trimestre de 2022", précise un communiqué. "Compte tenu de l'influence de Twitter dans notre démocratie, notre économie (...) notre priorité est d'adapter, et non pas d'interdire Twitter." Le réseau social n'a pas donné de détails sur les conditions ayant permis de lever la suspension.

Le Nigeria avait annoncé début juin 2021 la suspension de Twitter pour "une durée indéterminée", après avoir notamment accusé le réseau social d'avoir une "mission suspecte" contre le gouvernement et de tolérer sur sa plateforme les messages du chef d'un groupe séparatiste incitant à la violence dans le sud-est du pays. Cette décision, puis l'ordre du gouvernement aux médias audiovisuels de supprimer leur compte dans un geste "patriotique", avait suscité une profonde consternation au Nigeria, où ce réseau social est un important outil de contestation sociale.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Nigeria

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.