Cet article date de plus de six ans.

Bring Back Our Girls : les rapts se poursuivent au Nigeria

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

Au Nigeria, un an après le drame, les proches des lycéennes enlevées par Boko Haram n'ont toujours pas de nouvelles d'elles. De son côté, Boko Haram poursuit les rapts...

À l'occasion du triste anniversaire de l'enlèvement par Boko Haram des 276 lycéennes nigérianes il y a un an, les proches des 219 jeunes filles toujours portées disparues ont défilé dans les rues de la capitale Abuja.

Ils ont symboliquement placé un bâillon sur leur bouche. Ces proches des jeunes filles enlevées ont le sentiment de ne pas être entendus. Depuis un an, ils supplient le Nigeria et le monde entier de leur ramener leurs filles. Il y a exactement un an, le 14 avril 2014, Boko Haram attaquait une école de Chibok, dans le nord-est du Nigeria, et enlèvait quelque 276 jeunes filles.

Près de 2 000 femmes enlevées

Quelques jours plus tard, le groupe terroriste diffusait une vidéo où étaient exhibées une centaine de jeunes filles, vêtues de hijab. Âgées de 12 à 17 ans, elles récitaient le Coran sous la contrainte. Le chef de Boko Haram hilare promettait alors de les vendre comme esclaves sexuelles.

Un an après, leurs familles sont toujours sans nouvelles d'elles. Malgré la mobilisation des politiques, de nombreuses stars du showbiz et de milliers d'anonymes, les 219 lycéennes sont aujourd'hui tombées dans l'oubli et Boko Haram continue ses rapts. En 2015, on compte au moins 2 000 femmes et jeunes filles enlevées au Nigeria.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Boko Haram

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.