VIDEO. Comment la France réussit-elle à faire libérer ses otages ?

Paris salue l’engagement personnel des présidents nigériens et maliens pour la libération de Serge Lazarevic.

France 3

Depuis 2013, la France ne se met plus en première ligne pour mener les négociations. Depuis le début de l'opération Serval au Mali, la donne à changé du côté de l'Élysée : aucune rançon ne sera versée à une organisation que la France combat. Le message est martelé par le gouvernement. Une nouvelle doctrine appliquée quelques mois plus tard lors de la libération de la famille Moulin-Fournier retenue au nord du Cameroun. Six mois plus tard, c'est au tour des quatre otages d'Arlit d'être libérés, officiellement sans rançon versée par la France. Une version impossible selon les spécialistes.

Des pays amis jouent les intermédiaires

À chaque nouvelle libération, la même question revient : comment la France réussit-elle à extraire ses ressortissants si elle ne verse pas elle même de contrepartie ? Pour Serge Lazarevic, Mohamed Acotey a servi d'intermédiaire. Il a négocié auprès des ravisseurs. Selon des médias locaux, au moins deux prisonniers ont été libérés en échange. Deux jihadistes auteurs de l'enlèvement du Français.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'ancien otage Serge Lazarevic, sur le tarmac de la base aérienne de Villacoublay (Yvelines), le 10 décembre 2014.
L'ancien otage Serge Lazarevic, sur le tarmac de la base aérienne de Villacoublay (Yvelines), le 10 décembre 2014. (ELYSEE / FRANCETV INFO)