VIDEO. Le témoignage de Serge Lazarevic

L'ex-otage Serge Lazarevic a témoigné pour la première fois ce soir sur le plateau de France 2.

France 3

Il a passé trois ans aux mains des terroristes qui l'avaient enlevé au Mali. Ce samedi 13 décembre, il a voulu couper court aux rumeurs qui le présentaient comme un mercenaire ou un agent secret.

"Le jour où j'ai été enlevé, le temps s'est arrêté", relate Serge Lazarevic face à Laurent Delahousse. Libéré mardi 9 décembre, après près de trois années de captivité, Serge Lazarevic a été accueilli par le président François Hollande et le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian à l'aéroport de Villacoublay, mercredi 10 décembre.

Serge Lazarevic travaillait avec Philippe Verdon à la mise en œuvre d'un projet de cimenterie au Mali lorsqu'il s'est fait capturer. Son collègue et ami est mort en détention, exécuté par ses ravisseurs au début de l'an dernier.

"Je ne suis ni barbouze, ni mercenaire"

Questionné sur son ancien collègue de détention avec qui il a passé quinze mois, l'ex-otage a déclaré, ému: "Je pensais que Philippe Verdon avait été libéré. J'ai appris sa mort quand j'ai été libéré, le premier jour." Et d'ajouter: "J'essaie de ne plus penser à ça, ça me tire vers le bas". Et puis, faisant taire les rumeurs, Serge Lazarevic a dit: "Je suis un ouvrier du bâtiment. Je ne suis ni barbouze, ni mercenaire. Je ne sais pas ce que c'est".

Vendredi 12 décembre, le ministre malien de la Justice a confirmé l'information selon laquelle quatre jihadistes avaient été libérés en échange du Français, un élément qui n'a pas fini de fâcher de nombreuses associations des droits de l'homme.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'ex-otage Serge Lazarevic à son arrivée sur la base militaire de Villacoublay (Yvelines), le 10 décembre, après sa libération. 
L'ex-otage Serge Lazarevic à son arrivée sur la base militaire de Villacoublay (Yvelines), le 10 décembre, après sa libération.  (BERTRAND GUAY / AFP)