Niger : des milliers de partisans des putschistes se rassemblent près de la base française à Niamey

Cette manifestation se déroule au lendemain d'un sommet extraordinaire de la Cédéao, qui a donné son feu vert à une possible intervention militaire pour rétablir l'ordre constitutionnel.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Des manifestants rassemblés près de la base militaire française à Niamey (Niger), le 11 août 2023. (AFP)

Les partisans des putschistes se sont rassemblés par milliers, vendredi 11 août, près de la base militaire française à Niamey (Niger). "A bas la France, à bas la Cédéao", ont notamment scandé les manifestants lors de ce rassemblement, au lendemain d'un sommet extraordinaire de la Cédéao. Les dirigeants de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest ont donné leur feu vert à une possible intervention militaire pour rétablir le président renversé le 26 juillet, Mohamed Bazoum.

>> Coup d'Etat au Niger : ce que l'on sait de la "force en attente" que la Cédéao est prête à déployer pour renverser la junte

Les manifestants ont également brandi des drapeaux russes et nigériens et crié leur soutien aux militaires qui ont pris le pouvoir, en particulier leur chef, le général Abdourahamane Tiani. "Nous allons faire partir les Français ! La Cédéao n'est pas indépendante, c'est une manipulation de la France, il y a une influence extérieure", a déclaré Aziz Rabeh Ali, membre d'un syndicat étudiant soutenant le régime militaire. Le rassemblement était toujours en cours en fin d'après-midi et se déroulait dans le calme, selon les journalistes de l'AFP présents sur place.

Un partisan des putschistes participe à la manifestation organisée près de la base militaire française, le 11 août 2023 à Niamey (Niger). (AFP)

Depuis leur prise de pouvoir, les militaires ont pris la France pour cible privilégiée, l'accusant d'être en sous-main à l'origine de la décision de la Cédéao d'activer et de déployer au Niger sa "force d'attente", pour rétablir l'ordre constitutionnel. La France, alliée du Niger avant le coup d'Etat et soutien indéfectible du président renversé, déploie dans ce pays quelque 1 500 hommes, engagés avec l'armée nigérienne dans la lutte contre les groupes jihadistes, qui minent une grande partie du Sahel. Ils sont en partie stationnés dans une base à Niamey, conjointement avec l'armée nigérienne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.