Cet article date de plus de huit ans.

Niger : le couple de Français retenu par des manifestants a été libéré

Ils avaient été capturés à Niamey, lors d'une manifestation pour protester contre les dispositifs de sécurité mis en place aux alentours des ambassades étrangères. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La zone de sécurité autour des ambassades à Niamey (Niger), le 4 juin 2013. (BOUREIMA HAMA / AFP)

Deux Français retenus depuis dimanche 1er septembre par des habitants de Niamey (Niger) ont été libérés lundi. Ils avaient été capturés lors d'une manifestation contre les dispositifs de sécurité mis en place aux alentours de plusieurs ambassades étrangères, après les attentats terroristes de fin mai dans le nord du pays.

"Cet après-midi, des manifestants ont enlevé un couple de Français et ont incendié leur moto", avait annoncé dimanche le gouverneur de Niamey, Hamidou Garba. Une télévision privée avait montré les images d'un membre du couple retenu dans un lieu gardé secret, qui assurait être "bien portant".

Libérés en deux temps

Lundi, un habitant du quartier a annoncé que les deux Français avaient été libérés : "Le premier depuis hier après-midi et le second tard dans la nuit. Ils sont repartis sains et saufs." "Un des deux Français a été libéré hier en fin d'après-midi. Il avait un bras cassé et doit rentrer en France pour des soins", a précisé une source diplomatique. Elle a ajouté que le second "a été libéré dans la nuit après des négociations engagées par les autorités qui ont vite pris les choses en main". Il a été hospitalisé à Niamey pour des problèmes aux bras et aux côtes.

Ce sont essentiellement des jeunes d'un quartier situé dans l'ouest de Niamey et riverain du fleuve Niger qui ont violemment manifesté dimanche. Les affrontements avec les forces de l'ordre se sont soldés par 37 blessés – 26 agents et 11 manifestants –, selon le gouverneur. Les habitants en colère avaient conditionné la libération des deux hommes à celle d'une dizaine de manifestants que les forces de l'ordre avaient interpellés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afrique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.