Nicolas Sarkozy a-t-il négocié une centrale nucléaire avec la Libye ?

C'est ce qu'aurait offert le président de la République à Mouammar Kadhafi en échange de la libération des infirmières bulgares en 2007, selon Les Inrocks. 

Nicolas Sarkozy reçoit Mouammar Kadhafi, le 10 décembre 2007, sur le perron de l\'Elysée, à Paris. 
Nicolas Sarkozy reçoit Mouammar Kadhafi, le 10 décembre 2007, sur le perron de l'Elysée, à Paris.  ( JACKY NAEGELEN / REUTERS)

Après les récentes révélations de Mediapart sur une note libyenne concernant un présumé financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, la Libye de Mouammar Kadhafi embarrasse une nouvelle fois le président candidat. Dans des extraits publiés, lundi 30 avril, sur leur site internet, Les Inrocks indiquent que le président français aurait échangé avec Mouammar Kadhafi des armes et une centrale atomique contre la libération, en juillet 2007, des infirmières bulgares.

L'hebdomadaire assure avoir eu accès à des documents diplomatiques confidentiels pour étayer ses dires. Pour le journal, "tout, dans ces documents, contredit la version du président de la République", lequel assure ne rien avoir négocié en cachette dans cette affaire.

La chronologie des événements selon l'hebdomadaire

D'après le document cité par Les Inrocks, la France aurait proposé en premier un accord à la Libye de Kadhafi, le 17 juillet, via son ambassadeur à Tripoli. En réponse à cette demande, le "Guide" libyen aurait réclamé un accord militaire et nucléaire, dont la livraison d'une centrale atomique. Ce que Paris aurait accepté, le 23 juillet, exigeant toutefois la libération des cinq infirmières et du médecin bulgare en contrepartie.

Ainsi, toujours selon Les Inrocks, la France aurait signé un "mémorandum d’entente" nucléaire lui permettant de contourner les accords internationaux en matière de non-prolifération. Le lendemain, les infirmières étaient libérées.