Séisme au Maroc : la route qui mène au village le plus proche de l'épicentre a rouvert

Article rédigé par Alice Galopin, Marion Bothorel
France Télévisions
Publié Mis à jour
Des habitants attendent des nouvelles de leur proches alors que des opérations de secours post-séisme ont lieu dans le village d'Imi N'Tala, au Maroc, le 12 septembre 2023. (BULENT KILIC / AFP)
La recherche de survivants continue au Maroc, cinq jours après un séisme qui a fait plus de 2 900 morts.

Ce qu'il faut savoir

>> Ce direct est désormais terminé.

La recherche de survivants continue au Maroc, cinq jours après un séisme qui a fait plus de 2 900 morts. Par ailleurs, des équipes du ministère de l'Equipement marocain poursuivent, mercredi 13 septembre, leurs travaux pour rouvrir des pistes menant à des petits villages montagneux dans la province touchée. "La route qui mène à la commune d'Ighil, épicentre du séisme, et au village d'Aghbar à proximité, sont rouvertes", a notamment précisé un responsable au ministère à l'AFP. Le séisme a dévasté de nombreuses habitations dans ces villages situés dans des zones montagneuses, parfois très difficile d'accès. 

 Près de 2 900 morts. Le bilan provisoire fait état de plus de 2 900 morts, selon le dernier communiqué du ministère de l'Intérieur marocain. Le séisme de magnitude 6,8 sur l'échelle de Richter survenu vendredi soir a également fait 5 530 blessés, alors que les recherches se poursuivent pour retrouver d'éventuels survivants.

• Le roi Mohammed VI a fait une première apparition publique. Près de quatre jours après le séisme, le roi du Maroc s'est montré pour la première fois devant une foule à Marrakech. Le souverain a été acclamé par des milliers d'habitants massés au bord des routes pour suivre son cortège. Il a ensuite rendu visite à des blessés, avant de faire un don de sang, selon l'agence officielle MAP.

Plus de 100 millions d'euros de dons nécessaires. La Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) a lancé un appel de fonds d'environ 100 millions d'euros pour soutenir les opérations de secours au Maroc. "Nous avons besoin de 100 millions de francs suisses (105 millions d'euros) pour pouvoir répondre aux besoins les plus urgents", pour la santé, l'eau, l'assainissement et l'hygiène, a déclaré la directrice des opérations du FICR, Caroline Holt, lors d'un point-presse à Genève.