Migrants : la Méditerranée toujours plus dangereuse

La France est prête à accueillir les migrants bloqués en mer au large de Malte sur des bateaux humanitaires. Une situation qui fait écho aux milliers de migrants qui ont tenté, à leur péril, de rejoindre l’Europe en 2018.

Voir la vidéo

Début janvier, le Sea-Watch était encore perdu en Méditerranée. Ce navire d’une ONG hollandaise, avec à bord 32 migrants qui s’entassent dans des conditions précaires. Le tout avec une météo plus que capricieuse, avec notamment beaucoup de vent. Rejeté par tous les ports pendant treize jours, il a enfin été autorisé à se mettre à l’abri dans les eaux maltaises.

Des traversées toujours plus périlleuses

En 2018, 113482 migrants ont tenté une traversée, soit 60 000 de moins qu’en 2017, mais surtout dix fois moins qu’en 2015. Des décès moins nombreux, mais des traversées toujours plus périlleuses, car 2262 personnes ont perdu la vie en 2018, soit 10 % de ceux qui se lancent sans survivre. En ce qui concerne les routes migratoires, les axes Grèce-Turquie et Libye-Italie sont moins empruntés, les migrants passent désormais par le Maroc et l’Espagne. Depuis Tanger, l’Europe est visible à l’œil nu, seulement à 14 kilomètres.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une photo de l\'ONG SOS Méditerranée montre des migrants sauvés par \"L\'Aquarius\" le 24 septembre 2018.
Une photo de l'ONG SOS Méditerranée montre des migrants sauvés par "L'Aquarius" le 24 septembre 2018. (MAUD VEITH / SOS MEDITERRANEE / AFP)