Les grandes fortunes africaines se mobilisent contre le coronavirus

Des milliardaires nigérians, sud-africains ou encore marocains investissent dans la riposte contre le coronavirus. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 9 min.
Billets de monnaies de divers pays africains. (Montage FTV)

Dangote, Alakija, Oppenheimer, Motsepe, Akhannouch, Masiyiwa ou encore Dewji... Certains figurent dans le classement Forbes des milliardaires, d’autres comptent parmi les plus riches de leur pays. Leur point commun : ils soutiennent leur Etat, souvent dépourvu, dans la lutte contre le coronavirus.

C’est en annonçant, le 23 mars 2020, le prochain confinement général et le lancement d'un fonds de solidarité pour faire face à la maladie à coronavirus dans son pays que le président sud-africain Cyril Ramaphosa a remercié deux des plus grandes fortunes sud-africaines : les familles de Johann Rupert et de Nicky Oppenheimer qui doivent leur patrimoine respectivement au commerce des produits de luxe et des diamants.

"Nous devons applaudir l'engagement pris en cette période de crise par les familles Rupert et Oppenheimer, à hauteur d'un milliard de rands chacune (près de 51 millions d'euros), pour aider les petites entreprises et leurs employés touchés par la pandémie", a déclaré le dirigeant sud-africain.

Quelques jours plus tard, le 28 mars, c'était au tour d'un autre milliardaire sud-africain, Patrice Motsepe – fondateur et président de la société African Rainbow Minerals – figurant également dans le classement Forbes, de faire une donation par le biais de sa fondation.

Patrice Motsepe, par la voix de son épouse Precious Moloi-Motsepe, a annoncé une contribution d'un milliard de rands dont 700 millions d'euros disponibles "immédiatement avec pour objectif premier de sauver des vies, de ralentir et de limiter la propagation du coronavirus". L'Afrique du Sud est le pays le plus touché par la pandémie en Afrique avec plus de 1 350 cas confirmés au 1er avril.

La promesse du milliard

Au Nigeria, les milliardaires se sont notamment réunis au sein de la Coalition against Covid-19 (Cacovid, Coalition contre le Covid-19). Cette dernière réunit des chefs d'entreprises et des acteurs du secteur privé qui souhaitent "soutenir les initiatives gouvernementales en cours avec (leurs) ressources" dans le cadre de la risposte contre la maladie.

Dans la pure tradition anglo-saxonne en matière de philanthropie, les grandes fortunes nigérianes semblent très mobilisées et la presse s’en fait largement l'écho. Au mercredi 1er avril 2020, selon Premium Times, la coalition aurait déjà réuni quelque 15 milliards de nairas (35 millions d'euros) grâce à 37 donateurs dont la la première fortune du continent, Aliko Dangote qui est à la tête du Cacovid.

La fondation du roi du ciment africain a fait une donation de 2 milliards de nairas (4,7 millions d'euros), a indiqué Isaac Okorafor, le porte-parole de la Banque centrale nigériane qui a fait la même contribution. Ce n'est pas la première fois qu'Aliko Dangote met la main à la poche pour combattre le coronavirus. Début mars, ce dernier avait déjà offert 200 millions de nairas (470 000 euros) aux autorités nigérianes toujours par le biais de sa fondation.  

Les banquiers Herbert Wigwe (Access Bank), Segun Agbaje (GTBank) ainsi que Femi Otedola, l’ancien patron de l’importateur de produits pétroliers Forte Oil PLC et actuel dirigeant d'Amperion Power Distribution, sont quelques-uns de ceux qui ont fait don d'un milliard de nairas (2,3 millions d'euros) dans le cadre de cette coalition.

Tout comme Abdul Samad Rabiu, le fondateur du conglomérat nigérian BUA Group, qui a également fait une donation d'un milliard. Elle "permettra non seulement de fournir les fonds supplémentaires nécessaires aux efforts du gouvernement et du NCDC (le centre nigérian de prévention et de contrôle des maladies, NDLR), mais servira également à protéger les professionnels de la santé et les travailleurs médicaux en première ligne de la lutte contre la pandémie", a précisé Abdul Samad Rabiu, rapporte le journal nigérian Premium Times. Mêmes objectifs pour Folorunso Alakija, première fortune féminine du Nigeria et vice-présidente du pétrolier nigérian Famfa Oil, qui a annoncé une contribution financière d'un milliard de nairas. 

Par ailleurs, la fondation de Mike Adenuga, fondateur de Globacom (n°2 des télécommunications au Nigeria) et deuxième fortune du continent, a remis un chèque de 500 millions et un autre d'un milliard de nairas respectivement à l'Etat de Lagos et à l'administration fédérale, indique le quotidien nigérian The Guardian.   

Fondations et entreprises mobilisées

Les fonds mis à disposition par ces milliardaires proviennent soit de leurs propres fondations, soit de celles de leurs entreprises. Ainsi la fondation UBA, le groupe dirigé par le Nigérian Tony Elumelu, n'a pas fait une donation uniquement au Nigeria. L'entreprise a étendu son soutien financier aux 19 autres pays africains dans lesquels le groupe bancaire est présent.

Au total, ce sont plus de 5 milliards de nairas (plus de 11 millions d'euros) qui sont mis à disposition de la lutte contre le Covid dont 1,5 milliard (environ 3,5 millions d'euros) à l'extérieur du Nigeria. Sur le territoire nigérian, cette somme servira à financer dans "l'immédiat" la construction d'un centre médical à Lagos, la capitale économique nigériane, doté notamment de lits de réanimation.

La fondation du milliardaire tanzanien Mohammed Dewji fait aussi dans le concret. Le jeune homme d'affaires, qui relaie les messages de prévention sur les réseaux sociaux, avait indiqué le 20 mars que son équipe réfléchissait à la façon de contribuer au mieux à la lutte contre la pandémie. Sa fondation s'est, par exemple, engagée dans la construction de points d'eau pour se laver les mains à l'hôpital de Muhimbili, dans la capitale Dar-es-Salaam.

Un peu plus au Sud du continent, l'homme d'affaires zimbabwéen Strive Masiyiwa a décidé de se concentrer sur les personnels soignants du secteur public auxquels il avait déjà offert six mois de salaire en janvier 2020. Ils étaient alors en grève pour réclamer une meilleure rémunération. Face au Covid-19, rapporte NewsDay, le milliardaire veut continuer de prendre soin d'eux via la société d'assurance Ecosure appartenant à son groupe Econet.

Des équipements de protection, dont l'absence était récemment à l'origine d'une autre grève des infirmières et docteurs, des assurances vie et santé et une prise en charge de leur transport pendant douze mois ont été promis. Le dispositif comprend aussi des incitations pour les médecins à rejoindre les établissements publics pendant cette crise sanitaire, peut-on lire dans les colonnes de NewsDay

Comme Tony Elumelu ou encore Strive Masiyiwa, c’est par le biais de son entreprise que le milliardaire marocain Othman Benjelloun, le président de Bank of Africa, a contribué à hauteur d'un milliard de dirhams marocains (environ 90 millions d'euros) au Fonds spécial pour la gestion de la pandémie du coronavirus créé par le royaume chérifien. Selon L'Economiste, cette somme est destinée à "soutenir les entreprises".

Le ministre de l’Agriculture Aziz Akhannouch, actionnaire principal du Groupe Akwa, a fait un don du même montant par le biais de l'une de ses sociétes Afriquia, spécialisée dans la distribution de produits pétrochimiques. Les grandes fortunes marocaines sont parmi les premières à s'être mobilisées sur le continent contre la pandémie, le fonds de solidarité contre le Covid-19 ayant été lancé à la mi-mars au Maroc. 

En Algérie voisine, la première fortune du pays, Issad Rebrab affirmait, dans un tweet, que le groupe Cevital qu'il dirige était "prêt à apporter sa contribution aux efforts consacrés à la lutte contre cette crise (liée au Covid-19) que connaît son pays", sans plus de précisions. 

Naguib Sawiris, voix discordante 

Alors que ses pairs s'investissent dans la lutte contre le virus, l'Egyptien Naguib Sawiris semble plutôt enclin à pester, notamment sur son compte Twitter où il livre ses états d'âme face à la situation – un confinement de deux semaines accompagné d'un couvre-feu a été déclaré dans son pays  et ce virus qui plombe l'économie. 

Lors d'un entretien accordé à la chaîne saoudienne Al-Hadath channel, l'un des quatre hommes les plus riches d'Egypte a mis le feu aux poudres. Après avoir menacé de se suicider si les mesures de confinement excédaient deux semaines, Naguib Sawiris a souhaité que ses compatriotes retournent au travail dès le 8 avril 2020, pour préserver l'économie et cela eu égard à la situation sanitaire. L'homme d'affaires a ainsi proposé quelques solutions, rapidement décriées par les organisations de défense des droits de l'Homme, rapporte Middle East Eye.

Dans un tweet, repris par le média, l'écrivain Khaled Mansour répond à Naguib Sawiris et l'invite plutôt à palier les effets de la crise en se montrant généreux. "Nous demandons également au gouvernement d'imposer une taxe unique de 10% sur toute personne dont la fortune dépasse 10 millions de livres égyptiennes (plus de 576 000 euros), et de l'affecter aux secteurs de l'éducation et de la santé. Les familles Sawiris (Nassef et Naguib présents dans le classement Forbes) et Mansour (Mohamed et Yasseen qui figurent aussi dans le classement Forbes) peuvent, à elles seules, faire don de quelque 25 milliards de livres (1,4 milliard d'euros)."

Des milliardaires directement sollicités

L'auteur égyptien n'est pas le seul à forcer un peu la générosité de ses compatriotes les plus fortunés. Certains se sont d'ailleurs déjà exécutés.  

(Chers milliardaires africains (...), l'Afrique a plus que jamais besoin de vous. Aidez-nous à combattre le #Covid19)

Beaucoup espèrent néanmoins sur les réseaux sociaux que l'exemple du milliardaire chinois Jack Ma, qui a offert des masques et des équipements de protection à la plupart des pays touchés par la pandémie, et la mobilisation de ses équivalents africains feront des émules dans leurs pays respectifs. Au Kenya, au Niger ou encore en Ouganda, on trouve la même quête face aux implications socio-économiques de la maladie à coronavirus : "Où sont (nos) milliardaires ?"

(Les milliardaires partout dans le monde - Jack Ma et compagnie - ont pris des mesures concernant le #Covid_19. Qu'attendent leurs alter ego kényans ? D'imprimer des t-shirts de campagne ? #StayHomeKenya)

(Partout dans le monde, les milliardaires ont fait des dons pour participer à la lutte contre le #Covid_19. Où sont les milliardaires ougandais ? Et je ne parle pas des bandits sud-africains. Je parle du Kwagalana group –club des plus grandes fortunes d'Ouganda NDLR– et de son président)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.