Cet article date de plus de huit ans.

Vidéo L'armée française ne sait "pas où se trouvent les otages"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Europe 1
Article rédigé par
France Télévisions

Le chef d'état-major des armées a en outre déclaré que les forces françaises et africaines étaient en train de "casser les reins" d'Aqmi au Mali.

Progression de l'armée française au Mali, incertitudes sur la mort d'un responsable d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), sort des otages... Invité d'Europe 1 lundi 4 mars, le chef d'état-major des armées, Edouard Guillaud, n'a esquivé aucune question concernant l'intervention française dans le pays et ses conséquences. 

Il a ainsi affirmé qu'une "organisation industrielle du terrorisme", avec "plus d'une cinquantaine de caches, plus d'une dizaine d'ateliers", et "vingt bombes artisanales" avait été découverte dans le nord-est du pays. L'amiral a en outre révélé que la mort du chef jihadiste Abdel Hamid Abou Zeid, annoncée vendredi côté tchadien, était "probable". Il a toutefois ajouté qu'elle n'était "que probable", le corps du responsable d'Aqmi n'ayant pas été "récupéré".

Sur l'avancée générale de l'offensive, Edouard Guillaud s'est montré satisfait. "Nous sommes en train de casser les reins d'Aqmi. Et ça, c'était bien l'objectif donné par le président de la République", a-t-il indiqué, concédant toutefois ne "pas savoir" où se trouvent les otages français enlevés au Sahel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.