Mali : le président et le Premier ministre ont été arrêtés par des soldats

Les mutins ont par ailleurs pris le contrôle d'un camp militaire, à proximité de Bamako. Des manifestants se sont rassemblés dans la capitale pour demander le départ du président.

Le Premier ministre malien, Boubou Cissé (gauche), et le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, respectivement le 18 août 2020 à Paris et le 10 mai 2018 à Abidjan. 
Le Premier ministre malien, Boubou Cissé (gauche), et le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, respectivement le 18 août 2020 à Paris et le 10 mai 2018 à Abidjan.  (LUDOVIC MARIN / AFP)

Une tentative de coup d'Etat est en cours au Mali. Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, et son Premier ministre, Boubou Cissé, ont été arrêtés par des militaires en révolte, qui les ont emmenés dans un camp militaire dans la banlieue de Bamako, a confirmé le directeur de la communication du chef du gouvernement malien, mardi 18 août

>> Mutinerie au Mali : suivez l'évolution de la situation en direct

Les deux dirigeants "ont été conduits par les militaires révoltés dans des véhicules blindés à Kati", où se trouve le camp Soundiata Keïta, à une quinzaine de kilomètres de Bamako, a précisé Boubou Doucouré, après une une affirmation en ce sens de l'un des chefs de la mutinerie. Tous deux ont été arrêtés en fin d'après-midi au domicile du président Keïta.

Des manifestants réclament le départ du président 

Les mutins ont ensuite pris le contrôle du camp et des rues adjacentes, avant de se diriger en convoi vers le centre de la capitale, selon un correspondant de l'AFP. 

Dans Bamako, ils ont été acclamés par des manifestants rassemblés pour réclamer le départ du chef de l'Etat aux abord de la place de l'Indépendance, épicentre de la contestation qui ébranle le Mali depuis plusieurs mois, avant de se diriger vers la résidence du président Keïta, selon la même source.

Les pays de l'Afrique de l'Ouest, la France et les Etats-Unis ont exprimé leur inquiétude et dénoncé toute tentative de renversement du pouvoir. Le Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies doit se réunir en urgence mercredi.