Mali : le président de transition forme un nouveau gouvernement avec de nombreux militaires

Les militaires occupent les postes stratégiques de la défense, de la sécurité et de la réconciliation nationale.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le colonel Assimi Goïta, nouveau président de transition malien, le 7 juin 2021 à Bamako (Mali). (ANNIE RISEMBERG / AFP)

L'armée est bien representée dans le gouvernement malien. Le colonel Assimi Goïtanouveau président de transition au Mali, a désigné les nouveaux membres de son gouvernement, dans lequel se trouvent des militaires à plusieurs postes clés. Les ministères de la Défense, de la Sécurité et de la Réconciliation nationale seront pourvus par des membres de l'armée, a annoncé le secrétaire de la présidence, Ali Coulibaly, vendredi 11 juin à la télévision nationale.

Auteurs de deux putschs en quelques mois, en août puis en mai, les militaires se retrouvent à des postes stratégiques : l'un des meneurs du coup d'Etat d'août 2020, Sadio Camara, retrouve le portefeuille de la Défense, selon le décret présidentiel. Son éviction du gouvernement, fin mai par l'ancien président de la transition, Bah Ndaw, avait été considérée comme l'un éléments déclencheur du second putsch en neuf mois du colonel Goïta. Le colonel-major Ismaël Wagué, autre meneur du putsch d'août, garde lui le portefeuille de la Réconciliation nationale.

Gouvernement "inclusif" et "d'ouverture"

Ibrahima Ikassa Maïga, membre du collectif d'opposants, de religieux et de personnes de la société civile du Mouvement du 5-Juin/Rassemblement des forces patriotiques (M5/RFP), fait son entrée dans l'exécutif malien. Le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga, lui aussi du M5-RFP, avait annoncé vouloir former un gouvernement "inclusif" et "d'ouverture" lors de sa nomination.

L'annonce du nouveau gouvernement intervient après les annonces d'Emmanuel Macron, qui a pris ses distances avec le Mali. Après avoir annoncé la suspension des missions communes de l'armée française avec son homologue malienne, il a acté jeudi la fin de l'opération Barkhane en tant "qu'opération extérieure".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mali

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.