Mali. Comme prévu, les jihadistes sont lourdement armés

Ils disposeraient notamment de chars et de missiles sol-air, d'après des photos satellites.

Des soldats français déchargent une roquette trouvée dans un stock de munitions des islamistes, près de Diabali (Mali), le 23 janvier 2013.
Des soldats français déchargent une roquette trouvée dans un stock de munitions des islamistes, près de Diabali (Mali), le 23 janvier 2013. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Chars, automitrailleuses, missiles sol-air... Les jihadistes contre lesquels la France se bat au Mali sont lourdement armés, indique Le Parisien, jeudi 24 janvier. Les spécialistes l'avaient déjà évoqué mais aucun élément concret ne le montrait. Le journal s'est procuré des photos satellites prises par les services de renseignement occidentaux. Ces armes ont des origines diverses : des éléments proviennent des combats avec l'armée malienne en 2012. D'après des experts cités par le quotidien, les véhicules blindés viennent de Libye, dont l'arsenal gigantesque a été abandonné après la chute de Mouammar Kadhafi.

C'est ce qu'expliquait notamment à France 3 Mathieu Guidère, spécialiste des mouvements islamistes. Selon lui, les groupes islamistes "sont essentiellement armés par ce qu'ils ont récupéré dans les arsenaux libyens, à savoir des armes conventionnelles, des missiles et un certain nombre d'armes lourdes. Par ailleurs, ils ont d'autres ressources qui viennent du financement du terrorisme, tels que le trafic de drogue, les enlèvements d'otages occidentaux. Et avec cet argent, il ont pu acheter des armes, faire du trafic d'armes et reconstituer un stock assez importants d'armes modernes".

Encore faut-il savoir se servir de telles armes. Pierre Servent, spécialiste de la défense, explique au Parisien qu'une formation est nécessaire pour pouvoir les utiliser correctement et qu'elles doivent être conservées convenablement pour être opérationnelles. Autant de conditions qui n'auraient pas été réunies, selon lui : "Si les islamistes avaient pu utiliser leur stock, ils l'auraient fait depuis un moment."