Les Sénégalais veulent évacuer 2700 tonnes de nitrate d’ammonium du port de Dakar

Les autorités sénégalaises cherchent à expédier au plus vite les 2 700 tonnes de nitrate d'ammonium entreposées dans une zone de transit du port de Dakar. Le Mali, aujourd'hui en pleine crise politique, est la destination finale de ce produit dangereux.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Vue du port de Dakar, capitale du Sénégal, sur lequel, 2700 tonnes de nitrate d'ammonium ont été entreposées. Photo, le 8 février 2013. (Nicolas Thibaut / Photononstop / Photononstop via AFP)

La direction du port de Dakar, a demandé le retrait d'une cargaison d'environ 3000 tonnes de nitrate d'ammonium, ce produit chimique qui a ravagé la capitale libanaise, après une explosion meurtrière le 4 août 2020.

S'en débarrasser au plus vite

A l'origine, la quantité stockée dans le port de Dakar dépassait celle qui se trouvait dans le port de Beyrouth. Selon les autorités sénégalaises, le produit chimique est destiné au Mali voisin. "Sur ce tonnage, 350 tonnes ont déjà été évacuées vers le Mali, qui reste sa destination finale", selon la direction du port, cette dernière affirme avoir "mis en demeure le propriétaire pour l'enlèvement de la marchandise".

Le propriétaire de la cargaison (dont le nom n’a pas été dévoilé) a demandé à stocker le produit chimique dans un entrepôt de la ville nouvelle de Diamniadio, à environ 30 kilomètres de Dakar. Mais le ministère de l'environnement n'a pas approuvé la demande.

Nous avons demandé au propriétaire de prendre les dispositions nécessaires pour que le produit puisse être transporté hors du Sénégal

Baba Dramé, ministère sénégalais de l'environnement

AFP

Déplacer la cargaison au Mali relève désormais du défi au vu de l'incertitude politique qui y règne. Les frontières sont fermées suite au récent coup d'Etat militaire qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta, mais elles pourraient rouvrir dès qu’un accord sera trouvé entre la junte au pouvoir et les pays de la Cédéao.

On ne sait pas ce que le Mali compte faire de ce nitrate d'ammonium, qui est utilisé habituellement aussi bien comme engrais agricole que dans le secteur civil des explosifs (secteur minier et travaux publics).

Sécuriser les produits chimiques dangereux

Le président Macky Sall, a quant à lui, réclamé le 19 août 2020 en conseil des ministres, un "plan national de recensement (et) d'audit de sécurisation des dépôts de produits chimiques dangereux", selon un communiqué de la présidence.
En 1992 déjà, l'explosion à Dakar d'un camion-citerne transportant de l'ammoniac liquide avait fait 107 morts et 300 blessés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.