Soldat tué au Mali : la dépouille du brigadier Ronan Pointeau doit être rapatriée dès lundi

Un hommage aura lieu à Paris avant une cérémonie à la caserne de garnison du régiment, à Valence. 

La 1er régiment de Spahis de Valence en juillet 2019. 
La 1er régiment de Spahis de Valence en juillet 2019.  (NATHALIE RODRIGUES / FRANCE-BLEU DRÔME-ARDÈCHE)

Le corps du brigadier Ronan Pointeau, tué par un engin explosif au Mali samedi 2 novembre, est attendu dès lundi en France, rapporte dimanche France Bleu Drôme-Ardèche. Ensuite, comme le veut la tradition, un hommage aura d'abord lieu à Paris, avant une cérémonie à la caserne de garnison du régiment, à Valence (Drôme).

Les dates et les modalités ne sont pas encore fixées. En effet, la ministre des Armées Florence Parly a déclaré qu'elle se rendrait au Mali pour s'entretenir avec les autorités. Le dispositif devra donc prendre en compte son agenda. Mais il pourrait ressembler à celui de février 2018, quand deux spahis étaient tombés dans des conditions similaires au Mali. Leurs cercueils avaient traversé le pont Alexandre III à Paris, avant de recevoir les honneurs militaires aux Invalides. Le lendemain, Florence Parly s'était déplacée à Valence, pour l'hommage au sein du régiment.

Ce lundi matin, le chef de corps du 1er régiment de spahis s'adressera à ses soldats, sur la base de Valence. La centaine de spahis engagée au Mali poursuit sa mission. Les militaires ne rentreront pas avant sa fin prévue en février prochain.