Enlèvement d'Olivier Dubois au Mali : "J'ai confiance", dit sa compagne lors d'un rassemblement à Bamako

Deux rassemblements ont été organisés par Reporters sans frontières (RSF), à Bamako et à Paris, pour demander la libération d'Olivier Dubois. Le journaliste a été enlevé par un groupe jihadiste au Mali, il y a deux mois jour pour jour. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La compagne d'Olivier Dubois, Déborah Al Hawi Al Masri, lors d'un rassemblement de soutien à Bamako (Mali), le 8 juin 2021. (NICOLAS REMENE / LE PICTORIUM / MAXPPP)

"On est tous là pour une même chose, qu'Olivier nous revienne le plus rapidement possible", a déclaré ce mardi 8 juin Déborah Al Hawi Al Masri, la compagne d'Olivier Dubois, journaliste français enlevé au Mali il y a deux mois jour pour jour. Des mots prononcés devant une centaine de personnes rassemblées à Bamako (Mali) pour demander la libération du journaliste. Un rassemblement du même type avait lieu simultanément à Paris.

"Ses enfants ont besoin de lui et il a besoin de ses enfants."

Déborah Al Hawi Al Masri, compagne d'Olivier Dubois

à franceinfo

"Je suis très émue de tous vous voir, j'ai confiance, a confié Déborah Al Hawi Al Masi, mère des deux enfants du journaliste qui vit avec lui au Mali. Il manque énormément à ses enfants." Elle a d'ailleurs rappelé l'attachement d'Olivier Dubois à ce pays : "Olivier, tout le monde le sait, aime le Mali. (...) Il est venu, il est tombé en amour du Mali et je pense que quiconque lit son travail se rend compte que c'est un journaliste qui aime profondément le Mali".

"Je n'avais pas prévu de prendre la parole, c'est avec beaucoup d'émotion que je le fais. Et merci pour ce témoignage d'amour que vous lui donnez aujourd'hui", a conclu Déborah Al Hawi Al Masri.

"Ce qu'on attend, c'est que ce dossier demeure, quelle que soit l'actualité, une priorité."

Christophe Deloire, secrétaire général de RSF (Reporters sans frontières)

à franceinfo

Reporters sans frontières (RSF) a organisé un second rassemblement de soutien à Olivier Dubois à Paris."On demande aux autorités maliennes et françaises de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour obtenir une libération la plus rapide possible", a déclaré ce mardi sur franceinfo Christophe Deloire, secrétaire général de RSF.

Christophe Deloire explique qu'il n'a "pas de nouvelles" depuis une vidéo publiée par les ravisseurs d'Olivier Dubois. Il espère que "grâce à la manifestation [...] c'est lui qui aura des nouvelles de nous". Le secrétaire général de RSF se souvient "d'Hervé Ghesquière qui avait été otage en Afghanistan et qui avait raconté combien ça avait été extrêmement puissant pour lui, pour tenir pendant sa captivité, de recevoir un message par la radio, d'apprendre la mobilisation en sa faveur".

Enlevé il y a deux mois jour pour jour

Olivier Dubois est actuellement le seul otage français dans le monde. Il a été enlevé par un groupe jihadiste le 8 avril dernier alors qu'il était en reportage à Gao, dans le nord du Mali. Il avait lui-même annoncé son enlèvement dans une vidéo diffusée le 5 mai sur les réseaux sociaux. Journaliste indépendant, Olivier Dubois, 46 ans, vit au Mali depuis 2015 et écrit régulièrement pour les journaux Libération, Le Point et Jeune Afrique.

Le Mali est 99e sur 180 dans le classement mondial sur la liberté de la presse. "L'est du pays est en train de devenir une espèce de trou noir de l'information", s'inquiète Christophe Deloire en rappelant que "les enjeux sont tels, pour le Mali, pour la France qui a son armée sur place, qu'on a besoin de savoir ce qui s'y passe. Et pour ça, besoin des journalistes qui puissent couvrir ce qui s'y déroule".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mali

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.