Libye : des soldats des Forces spéciales américaines au sol à Tripoli et Misrata

Washington reconnaît désormais la présence de soldats américains sur le sol libyen. Ils seraient stationnés à Tripoli et à Misrata pour aider le gouvernement libyen d’union nationale (GAN) dans son offensive contre l’organisation Etat islamique. Qui se replie sur Syrte, après plusieurs défaites.

Abou Graïn a été repris à l\'organisation Etat Islamique.
Abou Graïn a été repris à l'organisation Etat Islamique. (MAHMUD TURKIA / AFP)

Le Pentagone ne fait plus mystère de la présence de soldats américains en Libye, rapporte CNN. En plus des vols de surveillance, Washington a envoyé des Forces spéciales à Misrata, Tripoli et à l’est du pays. Mission : épauler les troupes du Gouvernement libyen d'union nationale, sous-équipées et mal formées.
 
Le 5 mai 2016 a été traumatisant pour le tout nouveau gouvernement qui a subi un échec cuisant. Les djihadistes de l’organisation Etat islamique s'étaient rendus maîtres d'Abou Graïn et de plusieurs villages à la faveur d'une série d'attaques suicide contre des points de contrôle dans la région. Le gouvernement libyen avait alors annoncé la création d'un nouveau centre des opérations militaires à Misrata afin de lancer une campagne de reconquête de Syrte. Toujours selon CNN (lien en anglais), la base d’opérations des Forces spéciales américaines se trouvent près de Misrata.

 
A la reconquête de Syrte
Le gouvernement du Premier ministre Fayez al-Sarraj, reconnu par l’ONU et l’Union africaine, a lancé ses troupes contre l’Etat islamique pour reprendre le terrain perdu au début du mois de mai. Dans une déclaration à la télévision nationale faite depuis les rues d'Abou Graïn, le porte-parole du gouvernement, Mohammed al-Gasri, a indiqué que cette localité ainsi que deux villages voisins (Abou Nadjaïm et Zamzam) avaient été libérés après d'intenses combats. Bilan provisoire : 32 soldats ont trouvé la mort, dont sept dans un attentat à la voiture piégée.

 
Après avoir pris le contrôle de la ville côtière de Syrte en 2015, Daech a tenté sans grand succès d'étendre le territoire sous sa domination. Fin avril, il a été définitivement chassé de la stratégique ville de Derna et de sa périphérie, par al-Qaida et le Parlement de Toubrouk.

Dans son dernier rapport publié, Human Rights Watch a indiqué que les djihadistes avaient exécuté à Syrte au moins 49 personnes accusées d'espionnage, de sorcellerie et de blasphème depuis février 2015. Selon l’organisation humanitaire, l’organisation Etat islamique disposerait de 1.800 combattants à Syrte, dont au moins 70% seraient d'origine étrangère. Deux tiers de la population ont fui la ville.