Cet article date de plus de neuf ans.

Les observateurs de la Ligue arabe ne quitteront pas la Syrie prématurément

"Nous ne parlons pas de retrait mais du renforcement de cette mission", a même indiqué un responsable de l'organisation, que certains jugent impuissante à analyser la répression en Syrie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Obsèques d'un Syrien tué lors d'un attentat suicide à Damas (Syrie), le 7 janvier 2012. (SANA / AFP)

Sous le feu des critiques depuis plusieurs jours, la Ligue arabe n'entend pas renoncer. Un responsable de l'organisation panarabe a annoncé samedi 7 janvier qu'elle n'envisageait pas de retirer les observateurs chargés d'évaluer la situation en Syrie. "Nous ne parlons pas de retrait mais du renforcement de cette mission", a-t-il même indiqué.

L'équipe d'observateurs de la Ligue arabe se trouve en Syrie depuis le 26 décembre pour déterminer si le régime du président Bachar al-Assad respecte ses engagements dans le plan de sortie de crise, notamment l'arrêt des violences, la libération des manifestants arrêtés, le retrait de l'armée des villes. Ces observateurs sont actuellement au nombre de 153, auxquels s'ajouteraient 10 autres attendus samedi en provenance de Jordanie.

Mais de nombreuses voix se sont élevées, en particulier dans l'opposition syrienne, pour dénoncer l'échec de cette mission et réclamer que la Ligue arabe transfère le dossier au Conseil de sécurité de l'ONU, après plus de neuf mois de violences qui ont fait au moins 5 000 morts selon une estimation des Nations unies.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afrique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.