Guinée : la France condamne la tentative de putsch et appelle à la libération du président Alpha Condé

Le Quai d'Orsay a réagi par communiqué dans la soirée au coup de force de militaires dans la journée. Ces derniers détiennent le président et ont annoncé la dissolution de la constitution à la télévision nationale.

Capture d\'écran d\'une vidéo montrant le président de la Guinée, Alpha Condé, entouré de putschistes, le 5 septembre 2021, à Conakry (Guinée). 
Capture d'écran d'une vidéo montrant le président de la Guinée, Alpha Condé, entouré de putschistes, le 5 septembre 2021, à Conakry (Guinée).  (FRANCE TV AFRIQUE / TWITTER)
Ce qu'il faut savoir

La France "condamne la tentative de prise de pouvoir par la force" en Guinée et appelle à "la libération immédiate et sans condition du président Alpha Condé", selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères publié dimanche 5 septembre dans la soirée.

Des officiers des forces spéciales guinéennes ont affirmé, plus tôt dans la journée, avoir capturé le chef de l'Etat Alpha Condé et "dissoudre" les institutions, mais une grande confusion règne à Conakry sur qui est maître de la situation. Le ministère de la Défense a pour sa part assuré avoir repoussé l'attaque des forces spéciales contre la présidence, malgré la diffusion d'une vidéo montrant le président Condé entre les mains des putschistes. Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a condamné sur Twitter ce "coup de force" et demandé la libération d'Alpha Condé. Suivez notre direct. 

"Dissoudre la Constitution" et "les institutions". "Nous avons décidé après avoir pris le président, qui est actuellement avec nous (...) de dissoudre la Constitution en vigueur, de dissoudre les institutions ; nous avons décidé aussi de dissoudre le gouvernement et la fermeture des frontières terrestres et aériennes", a dit le chef des forces spéciales, le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, au côté de putschistes en uniforme et en armes. 

Deux vidéos diffusées. Dénonçant une "gabegie", le lieutenant-colonel Doumbouya, drapé dans un drapeau guinéen, a ensuite réitéré cette déclaration à la télévision nationale peu après 14 heures GMT (16 heures en France), interrompant les programmes habituels. Les putschistes ont également diffusé une vidéo du président Condé entre leurs mains. Ils lui demandent s'il a été maltraité, et Alpha Condé, en jean et chemise froissée dans un canapé, refuse de leur répondre.

Le ministère de la Défense livre sa version des faits. De son côté, le ministère de la Défense a affirmé dans un communiqué que "les insurgés [avaient] semé la peur" à Conakry avant de prendre la direction du palais présidentiel, mais que "la garde présidentielle, appuyée par les forces de défense et de sécurité, loyalistes et républicaines, ont contenu la menace et repoussé le groupe d'assaillants".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GUINEE

23h07 : On ferme ! Non sans avoir jeté un dernier coup d'œil aux principaux titres de l'actualité.

Par la voix du ministère des Affaires étrangères, la France condamne la tentative de putsch en Guinée et réclame la libération "immédiate" du président Condé que des putschistes affirment avoir capturé. Un couvre-feu a été instauré ce soir dans le pays, où la situation est confuse.

Les cinq candidats à la primaire écologiste n'ont pas échangé des vertes et des pas mûres lors du premier débat organisé ce midi sur notre antenne. Voici ce qu'il faut retenir de ces échanges policés.

Annonce de Jérôme Salomon, le directeur général de la santé : la vaccination des moins de 12 ans n'est pas à l'ordre du jour, "parce qu'il nous manque des données scientifiques, ensuite parce que des études sont en cours."


Le match Brésil-Argentine, comptant pour les éliminatoires du Mondial 2022, a été interrompu au bout de quelques minutes par l'agence sanitaire brésilienne qui a refusé la présence de joueurs argentins sur le terrain. Aux dernières nouvelles, la rencontre était suspendue, et la Fifa n'avait pas encore fait connaître sa décision sur un éventuel report du match.

Rendez-vous demain, six heures, pour la suite de ce live.

22h56 : Tout à l'heure, Al Jazeera donnait les informations suivantes : Mamady Doumbouya est un ancien membre de la légion étrangère française, qu'il jouit d'une forte popularité parmi ses hommes et qu'il a été également entraîné aux Etats-Unis (sans qu'on sache exactement quel type d'entraînement, l'ambassade américaine ayant effacé les vidéos où il apparaissait). J'avoue ne pas avoir plus d'informations fiables sur lui à l'heure actuelle.

22h53 : Le militaire à l’origine du coup d’Etat est un ancien légionnaire français. A-t-on des détails sur son profil ?

22h49 : Et pendant ce temps, en Guinée, les putschistes annoncent la mise en place d'un couvre-feu dans tout le pays.

22h34 : Voilà l'intégralité de la très courte prise de position de la France dans ce dossier : "La France se joint à l’appel de la communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), pour condamner la tentative de prise de pouvoir par la force survenue le 5 septembre, demander le retour à l’ordre constitutionnel et appeler à la libération immédiate et sans condition du Président Condé. La France est en contact étroit avec ses partenaires africains et internationaux."

22h33 : La France condamne la tentative de putsch en Guinée et appelle à la libération du président Alpha Condé, écrit le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

20h01 : 20 heures ! L'heure du point sur l'actu de ce dimanche soir !

Situation pour le moins confuse en Guinée : des putschistes affirment avoir capturé le président Alpha Condé et dissous la Constitution. Le ministère de la Défense explique avoir "repoussé" les assauts des opposants. Suivez l'évolution de la situation dans notre direct.

Les cinq candidats à la primaire écologiste n'ont pas échangé des vertes et des pas mûres lors du premier débat organisé ce midi sur notre antenne. Voici ce qu'il faut retenir de ces échanges policés.

Bilan comptable satisfaisant pour l'équipe de France paralympique qui termine la quinzaine avec 54 médailles, deux fois plus qu'à Rio, mais occupe une décevante 14e place au classement (la faute à un total de médailles d'or pas folichon).

Annonce de Jérôme Salomon, le directeur général de la santé : la vaccination des moins de 12 ans n'est pas à l'ordre du jour, "parce qu'il nous manque des données scientifiques, ensuite parce que des études sont en cours."

18h42 : La correspondante de RFI à Dakar a elle eu plus de détails sur la déclaration du leader des putschistes à la télévision publique, tout à l'heure.

18h54 : Un journaliste d'Al Jazeera note que le leader des putschistes en Guinée, Mamady Doumbouya, est un ancien membre de la légion étrangère française, qu'il jouit d'une forte popularité parmi ses hommes et qu'il a été également entraîné aux Etats-Unis (sans qu'on sache exactement quel type d'entraînement, l'ambassade américaine ayant effacé les vidéos où il apparaissait).

18h55 : Selon plusieurs médias locaux mais aussi selon le correspondant de France 24, la population, en tout cas les gens sortis dans les rues, soutient les putschistes.

18h13 : Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres vient de tweeter : "je suis de très près la situation en Guinée. Je condamne avec la plus grande fermeté le renversement du gouvernement par la force des armes, et j'appelle à la libération immédiate du président Alpha Condé."

18h56 : 18 heures ! C'est le début du blues du dimanche soir pour vous, mais aussi le moment du point sur l'actu.

Situation pour le moins confuse en Guinée : des putschistes affirment avoir capturé le président Alpha Condé et dissous la Constitution. Le ministère de la Défense explique avoir "repoussé" les assauts des opposants. Suivez l'évolution de la situation dans notre direct.

• Les cinq candidats à la primaire écologiste n'ont pas échangé des vertes et des pas mûres lors du premier débat organisé ce midi sur notre antenne. Voici ce qu'il faut retenir de ces échanges policés.

Bilan comptable satisfaisant pour l'équipe de France paralympique qui termine la quinzaine avec 54 médailles, deux fois plus qu'à Rio, mais occupe une décevante 14e place au classement (la faute à un total de médailles d'or pas folichon).

• #COVID_19 Annonce de Jérôme Salomon, le directeur général de la santé : la vaccination des moins de 12 ans n'est pas à l'ordre du jour, "parce qu'il nous manque des données scientifiques, ensuite parce que des études sont en cours."

17h11 : Qu'est-ce qui explique ces tensions au sommet de l'Etat ? D'abord, le président Alpha Condé, 83 printemps, a été réélu pour un nouveau mandat de cinq ans en tordant le bras à la constitution et aux oppositions, en début d'année. Ensuite, plus récemment, les tensions pourraient avoir été provoquées par une tentative de mise à l'écart du commandant des forces spéciales, sur fond de jalousies au sein des forces armées envers cette unité bénéficiant de moyens supérieurs aux autres forces de sécurité, explique à l'AFP un diplomate occidental s'exprimant sous le couvert de l'anonymat.

17h01 : La situation rebondit en Guinée où les putschistes, certains drapés dans le drapeau national, ont fait une déclaration à la télévision publique RTG annonçant avoir capturé le président Alpha Condé et avoir dissous la Constitution. Leur leader a notamment déclaré à l'antenne : "Si le peuple est écrasé par ses élites, il revient à l'armée de rendre au peuple sa liberté".

16h32 : Enfin, L'Equipe remarque que le match de qualif du Mondial 2022 prévu lundi à 18 heures entre la Guinée et le Maroc est (forcément) menacé par cette tentative de coup d'Etat. Selon le quotidien sportif, les joueurs marocains, confinés dans leur hôtel, cherchent à rentrer dans leur pays au plus vite.

16h30 : Et pendant ce temps, la télévision publique continue ses émissions comme si de rien n'était, alors que sur sa page Facebook, le ministère guinéen de la Défense affirme que le coup d'Etat a été repoussé.

16h45 : Il existe une deuxième vidéo où on voit le président Alpha Condé assis entouré de militaires en treillis, chemise ouverte, pieds nus. Toujours selon RFI, une seule source proche du président guinéen confirme qu'il a été arrêté, les autres restant mutiques. Une autre source affirme à Jeune Afrique : "Les forces fidèles à Alpha Condé n’ont pas dit leur dernier mot, mais le président est bel et bien entre les mains des putschistes." Bref, prudence toujours.

16h27 : Bon alors on respire un grand coup et on récapitule ce qu'on sait sur la situation en Guinée. Une première vidéo circule sur les réseaux sociaux montrant un militaire bâti comme une armoire à glace annoncer un coup d'Etat et la constitution d'un comité de redressement à la place des institutions actuelles. RFI affirme n'avoir encore pas pu vérifier cette vidéo.