Reportage "Nous n'avons rien" : au Gabon, une partie de la population est dans une extrême pauvreté malgré la richesse générée par le pétrole

Une large partie de la population n'a pas profité de la manne pétrolière sous la dynastie Bongo, qui a dirigé le pays pendant près de 60 ans. Illustration dans un quartier défavorisé de Libreville.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
A l'entrée du Centre international des civilisations bantoues (Ciciba) à Libreville au Gabon, de l'eau potable est distribuée aux habitants parfois deux fois par semaine, le 5 septembre 2023. (GILLES GALLINARO / RADIO FRANCE)

Deux imposantes défenses d'éléphant symbolisent la porte d'entrée de ce qui devait être le Centre international des civilisations bantoues (Ciciba) à Libreville, la capitale du Gabon, qui vient de connaître un coup d'Etat qui a renversé le clan Bongo. Dans les années 1990, sous Omar Bongo, le Gabon a investi 14 millions de dollars pour la construction du Ciciba. Ce palais de la culture africaine est aujourd'hui à l'abandon. 500 familles y vivent dans des conditions déplorables. "Nous squattons ici, explique Prince qui a deux enfants à charge. La première a 12 ans, et le plus petit a 7 ans. J'ai même stoppé parce qu'il n'y a pas assez de moyens. 'Stopper' ça veut dire arrêter de faire des enfants. C'est moi qui les fais vivre."

Prince vit avec sa mère, sa compagne et ses deux enfants avec 8 euros par jour. À Libreville au Gabon, le 5 septembre 2023. (GILLES GALLINARO / RADIO FRANCE)

Depuis le coup d'Etat, la population semble majoritairement derrière le nouveau président de "transition" qui a prêté serment lundi 4 septembre. Dans son discours d’investiture, le nouvel homme fort du Gabon, le général Brice Clotaire Oligui Nguema, s'est engagé à redresser l'économie, et à redistribuer des richesses aux plus pauvres. Le Gabon fait partie des pays les plus riches d’Afrique de par son économie fondée sur la rente pétrolière. Pourtant, un tiers des deux millions de Gabonais vit en dessous du seuil de pauvreté comme ces familles qui ont trouvé refuge dans le Ciciba.

Le Centre international des civilisations bantu de Libreville (Ciciba) au Gabon est devenu un squat. À Libreville, le 5 septembre 2023. (GILLES GALLINARO / RADIO FRANCE)

"On veut l'eau courante !"

C'est jour de distribution d'eau au Ciciba, un camion-citerne vient deux fois par semaine, au mieux. "On peut même faire deux semaines où on n’a pas l'eau", explique Fanny qui vit seule avec ses neuf enfants. "C'était même dix, j'ai perdu un garçon, raconte-t-elle. Dans ce bâtiment, nous n'avons rien, Beaucoup de personnes n'ont pas le courant et sont dans le noir. On veut l'eau courante. Et les toilettes, on fait comment ? Il n'y a pas de toilettes."

Valentine, 66 ans, est retraitée de l'enseignement et vit maintenant dans "la précarité". Elle a déménagé dans ce bâtiment, car elle ne pouvait plus s'acquitter d'un loyer chaque mois. "On vit mal", explique-t-elle. Les pensions de retraite ne sont plus payées en totalité ou avec beaucoup de retard. "Les bras et les enfants sont déjà musclés", décrit-elle, car ses petits-enfants vont remplir les bidons d'eau qui serviront à la vaisselle et à la toilette. "Quand les enfants partent comme ça, je ne suis pas sûr qu'ils vont ramener quelque chose dans les bidons. Le plus fort gagne", raconte la retraitée en riant.

Valentine, 66 ans. est retraitée de l'enseignement. Elle espère du nouveau président gabonais recevoir la totalité de sa pension. À Libreville, le 5 septembre 2023. (GILLES GALLINARO / RADIO FRANCE)

Valentine a retrouvé le sourire depuis une semaine. "Depuis que j'ai entendu le discours du président. C'est là où j'ai repris mon sourire. Je n'avais plus l'espoir de vivre. Il m'arrivait des fois vraiment de dire : à quoi bon vivre ? Mieux vaut mourir parce que c'est trop." Le nouveau président de la transition a dit vouloir ouvrir un compte séquestre où l'argent saisi chez les proches d'Ali Bongo sera déposé. Il y en aurait pour 10 millions d'euros. Des fonds qu'il veut utiliser pour sortir les Gabonais de la pauvreté.

Au Gabon, une partie de la population est dans une extrême pauvreté - Le reportage Valérie Crova et Gilles Gallinaro

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.