En Ethiopie, les chrétiens fêtent Noël à Lalibela

Comme chaque année, de nombreux chrétiens se sont retrouvés à Lalibela. Cette ville du nord de l'Ethiopie porte le nom de son roi bâtisseur. Elle est aussi appelée la Nouvelle Jérusalem. Son église, au style dépouillé, attire les pèlerins. Sa caractéristique principale est remarquable: elle a été bâti sous terre. Gérard Grizbec et Frédéric Ranc se sont rendus sur place.

Le 7 janvier 2014 à Lalibela, en Ethiopie, les pèlerins se sont retrouvés pour célébrer la naissance du Christ dans l\'église orthodoxe Saint-Georges. Comme d\'autres lieux saints de la région, elle a été enterrée lors de sa construction au 13e siècle pour la rendre moins vulnérable aux attaques.
Le 7 janvier 2014 à Lalibela, en Ethiopie, les pèlerins se sont retrouvés pour célébrer la naissance du Christ dans l'église orthodoxe Saint-Georges. Comme d'autres lieux saints de la région, elle a été enterrée lors de sa construction au 13e siècle pour la rendre moins vulnérable aux attaques. (FTV)
Seule une immense croix grecque, symbolisant l'Arche de Noé, affleure le sol et permet de la distinguer dans la nature. Elle a été ainsi bâtie par mesure de protection, comme l'ont été une dizaine d'autres églises d'Ethiopie, sauvées par l'Unesco. 

Lors de sa construction, au 13e siècle, il avait fallu extraire 4.000 mètres cubes de roches. Un exploit pour l'époque.
Aujourd'hui, on y célèbre les rites chrétiens comme au début du christianisme. 

Une plongée dans le passé d'un pays de la corne de l'Afrique...