Cet article date de plus d'un an.

Le trafic de pangolins se poursuit à une grande échelle en Afrique

Ce petit mammifère à écailles est l'animal le plus braconné au monde, devant les éléphants et les rhinocéros. Si l'on veut éviter son extinction, il faut une riposte rapide, avertissent les défenseurs de la nature.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un pangolin en Thaïlande  (YINGBOON CHONGSOMCHAI/ZSL/COVER /SIPA / COVER IMAGES)

Le trafic des pangolins a pris des proportions inquiétantes qui nécessitent une riposte rapide pour éviter leur extinction, ont averti, le 6 novembre 2019, des défenseurs de la faune cités par l'AFP. En 2016, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), issue d'un accord intergouvernemental signé en 1973, avait pourtant voté l'inscription des pangolins à son annexe 1qui interdit strictement leur commerce.

Un bébé pangolin sur sa mère dans le zoo de Bhubaneshwar (est de l'Inde) (REUTERS - STRINGER . / X80002)
Leur chair délicate est très prisée des gourmets chinois et vietnamiens, qui sont prêts à payer près de 2 000 euros par individu. Leurs écailles, leurs os et leurs organes sont également très appréciés de la médecine traditionnelle asiatique. "Comme la corne de rhinocéros, les écailles de pangolin, vendues environ 1000 euros le kilo, sont réduites en poudre pour fabriquer des remèdes utilisés en médecine traditionnelle chinoise pour une trentaine de maux, des troubles érectiles aux cancers les plus graves", observe le site du National Geographic. Des "vertus" qui n'auraient aucun fondement : ces écailles ne sont constituées que de kératine, substance qu’on retrouve dans les ongles, les poils, les cheveux humains, mais aussi le bec, les cornes...

"Dans certaines cultures traditionnelles africaines, l'animal est connu pour éloigner le mauvais œil", mentionne par ailleurs Le Monde"Solitaire et vulnérable, le pangolin est une proie facile pour les braconniers. L'animal, qui pèse de 2 à 35 kilos et mesure entre 30 et 80 cm, selon l’espèce, se roule en boule quand il est menacé : les contrebandiers n'ont alors plus qu'à le ramasser et l'enfermer dans un sac", observe le quotidien. 

Groupes criminels

Les espèces asiatiques étant devenues rares, le marché noir s'est tourné vers les espèces africaines. Il a pris des proportions inquiétantes : une étude internationale, publiée en 2017 par la revue Conservation Letters, estime ainsi qu'"entre 400 000 et 2,7 millions de pangolins sont chassés chaque année dans les forêts d'Afrique centrale". Ce qui en fait l'espèce la plus braconnée au monde, largement devant les éléphants ou les rhinocéros, pourtant beaucoup plus médiatisés, selon l'ONG américaine WildAid.

Les saisies officielles de pangolins (écailles, viande...) ont progressé de 21 kg en 2011 à plus de 68 tonnes cette année, indique WildAid. 

Ecailles de pangolin saisies par les autorités de Hong Kong et montrées à la presse, le 5 septembre 2018. (ISAAC LAWRENCE / AFP)
Le trafic des espèces africaines est tombé sous la coupe de groupes criminels, qui les exportent depuis l'Afrique du Sud, affirme un chercheur du programme de recherches sur la criminalité ENACT, financé par l'Union européenne. Malheureusement, le gouvernement de Pretoria n'a pas pris la mesure de la menace, poursuit Richard Chelin pour qui "il faut agir maintenant". "Il est vital de comprendre et d'empêcher le trafic illégal des pangolins avant qu'il ne soit trop tard", a-t-il poursuivi, en exhortant les autorités sud-africaines à renforcer la répression des trafiquants.

Selon les ONG, l'Afrique australe est la dernière région de la planète à abriter des populations importantes de pangolins.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.