La tempête tropicale Ana fait 46 morts à Madagascar, au Mozambique et au Malawi

L'Institut météorologique mozambicain prévoit quatre à six cyclones dans la région pendant la saison des pluies qui se termine fin mars.  

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Plusieurs maisons ont été touchées par la montée des eaux à la suite de fortes pluies dans le quartier des 67 hectares à Antananarivo, le 24 janvier 2022. (RIJASOLO / AFP)

La tempête tropicale Ana a fait 46 morts à Madagascar, au Mozambique et au Malawi où la majeure partie du pays a été privée d'électricité ces derniers jours, selon des bilans publiés mardi 25 janvier par les autorités des trois pays. La tempête, qui s'est formée à l'est de la grande île de Madagascar, a déclenché de fortes pluies provoquant inondations et glissements de terrain dans la capitale Antananarivo. Selon un bilan établi par l'agence de gestion des catastrophes naturelles, 39 personnes ont trouvé la mort et près de 65 000 autres sont sans-abri depuis la fin de la semaine passée. Selon Midi Madagasikara, le gouvernement va déclarer l'état de sinistre national. 

Le Mozambique dévasté

Après avoir traversé l'Océan indien, les fortes pluies d'Ana se sont abattues sur le nord et le centre du Mozambique. Trois personnes ont été tuées et 49 blessées dans la province de Zambezia, selon l'Institut national de gestion des risques mozambicain. La tempête peut potentiellement affecter "des populations hautement vulnérables qui ont déjà récemment souffert de catastrophes naturelles et de conflits dans le nord du Mozambique", a alerté le Bureau de coordination des affaires humanitaires (Ocha) de l'ONU. Le gouvernement mozambicain et les agences des Nations unies estiment à 500 000 le nombre de personnes affectées par Ana dans les provinces de Nampula, Zambezia et Sofala.

Le Malawi dans le noir

Au Malawi voisin, quatre personnes sont décédées. La tempête a plongé la majeure partie du pays dans le noir lundi 24 janvier. Des inondations soudaines ont forcé les compagnies d'électricité à arrêter leurs générateurs. "Le niveau des eaux est trop élevé pour continuer à fonctionner, c'est trop risqué", a expliqué à l'AFP Moses Gwaza, le porte-parole de l'Electricity Generation Company. L'entreprise a indiqué qu'elle avait commencé à les remettre en service.

L'Institut météorologique mozambicain prévoit quatre à six cyclones dans la région pendant la saison des pluies qui se termine fin mars. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement africain

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.