Crash de l’Airbus russe en Egypte : «Une action extérieure» nommée Daech?

L'Airbus A321, qui s'est écrasé en Egypte, était en «excellent état», affirme la compagnie aérienne russe qui l'exploitait. Le groupe Etat islamique en revendique la responsabilité. Le Kremlin n’exclut plus aucune hypothèse. Si celle d’un missile sol-air paraît peu probable, celle d’une bombe embarquée par un membre russe de Daech semblerait plus vraisemblable.

Le Kremlin n\'exclut plus aucune hyptothèse.
Le Kremlin n'exclut plus aucune hyptothèse. (Maxim Grigoryev / RIA Novosti)

Le directeur de la compagnie aérienne Metrojet, Alexandre Smirnov, est formel : l’avion «était en excellent état» et il exclut «une défaillance technique ou une erreur de  pilotage». Et de mettre en cause un facteur extérieur, sans autre précision. «La seule cause possible est une action extérieure», tranche-t-il. La formule est assez floue pour à la fois exclure et inclure la thèse terroriste, plus précisément la piste Daech.
 
Quelques heures après le crash, la branche égyptienne du groupe Etat islamique (Wilayat Sinaï) avait annoncé avoir détruit l'avion en représailles, selon elle, aux bombardements russes en Syrie, les autorités égyptiennes et russes déclarant ne pas être en mesure, pour l'instant, de déterminer les causes du crash.


L'Airbus A321-200 de la compagnie Metrojet, qui appartient au transporteur Kogalymavia, s'est écrasé le samedi 31 octobre 2015 à l'aube dans le Sinaï, 23 minutes après avoir décollé de la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh. Le contact avec cet avion à destination de Saint-Pétersbourg a été perdu alors qu'il se trouvait à plus de 30.000 pieds (plus de 9.000 mètres), son altitude de  croisière. Le Sinaï est le fief de la branche égyptienne de Daech.
 
Daech a-t-il les moyens militaires pour abattre l’avion ? Oui et non, répondent les experts. Non, il n’a pas de missiles sol-air capables d’atteindre une telle attitude. Oui, il est possible qu’une bombe ait explosé dans l’avion ou que l'avion ait pu être touché  par un missile tiré depuis le sol s'il était descendu plus bas que son altitude de croisière.
 
Daech s’est-il adjugé par le passé la responsabilité d’un attentat ou d’une attaque armée dont il n’était pas l'auteur ? Pour le journaliste David Thomson, spécialiste du groupe Etat islamique, l’organisation terroriste n’a, jusqu’à maintenant, jamais diffusé de fausse revendication.


Quid des boîtes noires ?
Les enquêteurs russes et égyptiens se sont rendus sur les lieux du crash, où ont été retrouvés les deux enregistreurs de vol, les «boîtes noires». Leur analyse pourrait prendre plusieurs jours.

Les Russes représentant un important contingent d'étrangers dans les rangs de l’organisation de l’Etat islamique, le Kremlin n’exclut plus aucune hypothèse. Si celle d’un missile sol-air paraît peu probable, celle d’une bombe embarquée par un membre russe de Daech, semblerait plus vraisemblable. Le chef des experts aéronautiques, Viktor Sorotchenko, a indiqué que l'appareil s'était «disloqué dans les  airs», ce qui explique que les débris soient éparpillés sur une zone de 20 km².