Crash de l'avion russe : l'Égypte ne reconnaît pas l'attentat

En direct du Caire (Égypte), Arnaud Comte fait le point sur la situation ce samedi 7 novembre.

FRANCE 2
La thèse de l'attaque terroriste est privilégiée une semaine après le crash de l'Airbus A321 russe dans le Sinaï égyptien. Pourtant les autorités égyptiennes peinent à reconnaître la défaillance de leur dispositif de sécurité. "On a très clairement l'impression ce soir que les autorités égyptiennes jouent la montre en ne dévoilant pas toutes les informations, comme si finalement le pays n'était pas prêt à accepter les évidences", rapporte Arnaud Comte en direct du Caire (Égypte).

Pourquoi ?

"Cela se comprend quand on sait que le président al-Sissi, depuis son arrivée au pouvoir, n'a de cesse de se présenter comme le garant de la stabilité du pays, comme l'homme capable de faire redémarrer le tourisme gravement touché par les crises successives et notamment la révolution populaire de 2011", poursuit le journaliste.
 
Reconnaître publiquement qu'il s'agit d'une attaque terroriste reviendrait à dire que les services de sécurité ont failli, une chose que l'Égypte n'est pas prête à accepter, "surtout quand on parle de Charm el-Cheikh dont les stations balnéaires sont connues à travers le monde et qui était jusqu'alors l'une des dernières destinations du pays encore fréquentées massivement par les Occidentaux", conclut Arnaud Comte.
Le JT
Les autres sujets du JT
Le site du crash de l\'avion russe dans le désert du Sinaï, en Egypte, lundi 2 novembre 2015.
Le site du crash de l'avion russe dans le désert du Sinaï, en Egypte, lundi 2 novembre 2015. (RUSSIA'S EMERGENCY MINISTRY / AFP)