Cet article date de plus de sept ans.

Centrafrique : au moins 300 morts depuis jeudi, à Bangui

Un bilan de la Croix-rouge fait état de près de 300 morts dans la capitale, mais les recherches de corps se poursuivent. Le bilan pourrait être bien plus lourd.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des membres de la Croix-rouge recherchent des corps sur le site des affrontements, à Bangui (Centrafrique), le 6 décembre 2013. (SIA KAMBOU / AFP)

L'opération Sangaris, qui prévoit le renforcement de la présence militaire française en Centrafrique, a débuté vendredi 6 décembre, selon le ministre de la Défense français. Alors que des milliers d'habitants de la capitale Bangui craignent des exactions, le bilan des violences qui ont débuté jeudi s'est encore alourdi. Francetv info revient sur la situation sur place.

Près de 300 morts dans la capitale

Vendredi après-midi, la Croix-rouge centrafricaine a ramassé, dans une odeur pestilentielle, des dizaines de cadavres abandonnés dans la ville. L'organisation a comptabilisé 281 corps dans les morgues, les lieux de culte et les rues de Bangui après deux jours de violences, avant d'interrompre les recherches à la tombée de la nuit. "Samedi va être une journée monstre" en matière comptable, redoute le président de l'ONG.

Plusieurs milliers d'habitants de Bangui craignant des violences se sont rassemblés, vendredi, aux abords de l'aéroport de la capitale centrafricaine, où l'armée française et la force panafricaine ont leurs bases. Venus des quartiers voisins de Boeing et Boy-Rabe, ces habitants sont tenus à l'écart des installations par un rideau de barbelés.

MARTINE LAROCHE-JOUBERT et NICOLAS AUER - FRANCE 2

Premier échange de tirs mortels pour l'armée française

Des ex-rebelles de la Séléka ont tenté, jeudi, à l'aube, de pénétrer dans le périmètre de l'aéroport, défendu par les soldats français. Les assaillants ont ouvert le feu à trois reprises, précise l'état-major des armées. Les troupes françaises ont alors répliqué. Elles ont détruit le pick-up qui transportait les combattants et tué les occupants du véhicule. Aucune précision n'a été apportée sur le nombre exact d'ex-rebelles tués.

Les Français patrouillent et les renforts arrivent

Peu après le feu vert donné jeudi par l'ONU, l'opération française Sangaris a débuté. "L'opération a commencé, dans la mesure où les forces françaises qui étaient déjà présentes à l'aéroport de Bangui, avec une mission limitée à la protection de cet aéroport et de nos ressortissants, dès cette nuit, ont développé des patrouilles dans Bangui", a déclaré le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Les renforts ont commencé à arriver à Bangui, vendredi. Il s'agit notamment d'une compagnie de parachutistes français, environ 150 hommes, en provenance du Gabon, selon Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Centrafrique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.