Centrafrique : au lendemain de sa démission, l'ex-président Djotodia s'exile au Bénin

Michel Djotodia a démissionné vendredi avec son Premier ministre, Nicolas Tiangaye, sous la pression des dirigeants de plusieurs autres pays d'Afrique centrale.

L\'ancien président centrafricain Michel Djotodia arrive à l\'aéroport de Bangui (Centrafrique), mercredi 8 janvier 2013. 
L'ancien président centrafricain Michel Djotodia arrive à l'aéroport de Bangui (Centrafrique), mercredi 8 janvier 2013.  (ERIC FEFERBERG / AFP)

 

L'ancien président par intérim centrafricain Michel Djotodia est en route pour le Bénin, selon plusieurs sources gouvernementales au Tchad et au Bénin. Il y vivra en exil, ont indiqué samedi 11 janvier ces mêmes sources. Installé au pouvoir en mars dernier par les rebelles de la Séléka, Michel Djotodia a démissionné vendredi avec son Premier ministre, Nicolas Tiangaye, sous la pression des dirigeants de plusieurs autres pays d'Afrique centrale. Ces derniers considéraient leur départ comme l'une des conditions à l'arrêt des affrontements armés.

L'annonce de sa démission a été accueillie par des scènes de liesse vendredi dans les rues de Bangui, la capitale de la République centrafricaine avant de faire place à la violence samedi. Dans la capitale centrafricaine, des tirs ont retenti durant la nuit. Ils ont fait au moins trois morts par balle : un civil, un "anti-balaka" (milicien hostile à l'ancien président) et un ex-séléka (combattant issu du mouvement de Michel Djotodia), selon la Croix-rouge. 

Les blindés français de l'opération Sangaris et les détachements de la force africaine (Misca) quadrillent la ville, tentant de limiter cette nouvelle flambée de violence vengeresse. Ce départ laisse en effet la Centrafrique en crise sans exécutif, jusqu'à l'élection d'un nouveau chef de l'Etat par le Parlement provisoire.