Burkina Faso : une vingtaine de civils tués dans deux attaques attribuées à des jihadistes

Le Burkina, théâtre de deux coups d'État militaires en 2022, est pris depuis 2015 dans une spirale de violences jihadistes.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Une femme circule dans une rue de Ouagadougou (Burkina Faso), le 2 mars 2023. (OLYMPIA DE MAISMONT / AFP)

Nouvelles attaques au Burkina Faso. Une vingtaine de civils, dont des femmes et des enfants, ont été tués entre lundi et mercredi lors de deux attaques de jihadistes présumés dans le centre-est du Burkina Faso, ont fait savoir vendredi 19 mai des sources sécuritaires et locales. Lors de ces deux attaques, menées à Sangha et Kaongo, dans la province du Koulpélogo, "des maisons et des boutiques ont été incendiées par les assaillants qui ont aussi emporté du bétail", selon un responsable local.

Des habitants de la commune de Sangha ont confirmé les deux attaques, affirmant que les "populations désespérées tentent de fuir leurs localités, craignant de nouvelles attaques". Selon ces habitants, des groupes armés ont sommé la population de Soudougui, une autre commune de la province, "de vider plusieurs villages sous peine de représailles dans les jours suivants".

Le Burkina, théâtre de deux coups d'Etat militaires en 2022, est pris depuis 2015 dans une spirale de violences jihadistes apparues au Mali et au Niger quelques années auparavant et qui s'est étendue au-delà de leurs frontières. Les violences ont fait depuis sept ans plus de 10 000 morts, civils et militaires, selon des ONG, et plus de deux millions de déplacés internes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.