Burkina Faso : le chef de la junte au pouvoir Paul-Henri Damiba démissionne après deux jours de tensions

Le départ de Damiba avait été réclamé à Ouagadougou par des centaines de manifestants favorables au capitaine Ibrahim Traoré, qui avait annoncé sa destitution vendredi soir. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, ici à Ouagadougou le 2 mars 2022, a finalement accepté de démissionner le 2 octobre 2022 après 48 heures de tensions. (OLYMPIA DE MAISMONT / AFP)

Il a enfin capitulé. Deux jours après avoir été destitué par le capitaine Ibrahim Traoré, le chef de la junte au pouvoir au Burkina Faso, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, a finalement accepté de démissionner, dimanche 2 octobre, après 48 heures de tensions marquées par des manifestations anti-françaises.

>> Burkina Faso : motivation des putschistes, bâtiments français visés, intérêts russes... Quatre questions sur le nouveau coup d'Etat qui secoue le pays

A la suite d'une médiation menée entre les deux rivaux par des chefs religieux et communautaires, "le président Paul-Henri Sandaogo Damiba a proposé lui-même sa démission afin d'éviter des affrontements aux conséquences humaines et matérielles graves", préicse un communiqué de ces chefs très influents au Burkina Faso.

L'ambassade de France attaquée

Le départ de Damiba  lui-même arrivé au pouvoir par un coup d'Etat en janvier –était réclamé à Ouagadougou par des centaines de manifestants favorables au capitaine Ibrahim Traoré, qui avait annoncé sa destitution vendredi soir. Depuis cette annonce, la tension était vive au Burkina Faso, alors que le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba avait clairement fait savoir qu'il n'entendait pas abdiquer malgré les nombreuses manifestations.

Dimanche, des manifestants soutenant Ibrahim Traoré se sont rassemblés devant l'ambassade de France à Ouagadougou. Ils ont mis le feu à des barrières de protection devant l'ambassade et ont jeté des pierres à l'intérieur du bâtiment sur le toit duquel étaient positionnés des soldats français, selon un journaliste de l'AFP présent sur place. Des gaz lacrymogènes ont été tirés depuis l'intérieur de l'ambassade, où le calme est revenu, pour disperser les manifestants.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Burkina Faso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.