Burkina Faso : inquiétude après l'attaque de Ouagadougou

L'attaque dans la capitale du Burkina Faso n'a toujours pas été revendiquée. Dans la capitale Ouagadougou, le dernier bilan fait état de huit morts et douze blessés graves. Le 2 mars, huit assaillants ont également été tués.

France 3

Ouagadougou a retrouvé sa tranquillité au lendemain d'une violente attaque. Le calme semble précaire, car les attentats se multiplient depuis deux ans au Burkina Faso. Les Occidentaux sont souvent visés. Ce vendredi 2 mars, c'est l'Ambassade de France qui a été prise d'assaut. Mais la communauté française, qui compte près de 4 000 résidents, refuse de céder à la terreur.

Le G5 Sahel tenait une réunion contre le terrorisme

Hier, dans une attaque simultanée, une déflagration a soufflé les vitres de tout un quartier. Le siège de l'état-major du Burkina-Faso était visé. S'y tenait une réunion du G5 Sahel qui doit mettre en place une force antiterroriste commune aux cinq pays de la région. "Les terroristes adaptent leurs modes opératoires aux dispositifs que nous mettons en place. Nous devons à tout moment rester vigilants. Nous devons aussi anticiper", a déclaré Paul Kaba Thiéba, Premier ministre burkinabé. L'Institut français a été fortement endommagé par l'explosion.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les attaques ont visé l\'ambassade de France au Burkina Faso, l\'Institut français et l\'état-major des forces armées à Ougadougou, le 2 mars 2018.
Les attaques ont visé l'ambassade de France au Burkina Faso, l'Institut français et l'état-major des forces armées à Ougadougou, le 2 mars 2018. (AFP)