Cet article date de plus de quatre ans.

Après 20 ans d'état de guerre, le président érythréen débute une visite historique en Ethiopie

L'Éthiopie et l'Érythrée se sont livré de 1998 à 2000 à une guerre conventionnelle, avec chars d'assaut et tranchées, qui a fait quelque 80 000 morts. Depuis, la tension n'est jamais retombé même si les armes ont cessé.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président de l'Érythrée, Isaias Afwerk, est accueilli par le Premier ministre ethiopien, Abiy Ahmed, à l'aéroport d'Addis Adeba (Ethiopie), le 14 juillet 2018. (TIKSA NEGERI / REUTERS)

C'est un déplacement inédit. Le président érythréen Isaias Afeworki a débuté, samedi 14 juilet, une visite historique en Éthiopie pour cimenter la normalisation entre les deux voisins de la Corne de l'Afrique, qui ont déclaré avoir mis fin à vingt ans d'état de guerre il y a quelques jours à peine.

Le chef de l'État érythréen a été accueilli avec les honneurs par le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, à son arrivée à Addis Abeba pour une visite officielle de trois jours. L'Éthiopie et l'Érythrée se sont livré de 1998 à 2000 une guerre conventionnelle, avec chars d'assaut et tranchées, qui a fait quelque 80 000 morts, notamment en raison d'un désaccord sur leur frontière commune.

Le refus éthiopien d'appliquer une décision en 2002 d'une commission soutenue par l'ONU sur le tracé de la frontière a entretenu une longue animosité entre les deux pays. Mais le mois dernier, Abiy Ahed a annoncé la volonté de l'Éthiopie d'appliquer un accord de paix, signé en 2000 à Alger avec l'Érythrée, et les conclusions, deux ans plus tard, de la commission internationale indépendante sur la démarcation de la frontière.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afrique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.