Manifestation au métro Charonne en 1962 : Emmanuel Macron rend hommage aux victimes, une première pour un président de la République

Le chef de l'Etat s'est exprimé dans un bref communiqué et a fait déposer une gerbe lors d'une cérémonie à l'occasion du 60e anniversaire de cette manifestation pour la paix en Algérie, qui avait fait neuf morts.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un homme le 8 février 2013 devant une plaque commémorative au métro Charonne à Paris, où neuf personnes ont été tuées lors d'une manifestation pour la paix en Algérie le 8 février 1962. (PIERRE VERDY / AFP)

C'est le premier chef d'Etat à rendre un tel hommage. Emmanuel Macron a salué, mardi 8 février, la mémoire des neuf personnes mortes au métro Charonne, à Paris, lors d'une manifestation pour la paix en Algérie le 8 février 1962. Cette manifestation avait été à l'époque organisée par les partis de gauche, en particulier le Parti communiste français, puis violemment réprimée par la police sous autorité du préfet Maurice Papon.

Dans un bref communiqué, Emmanuel Macron déclare que "le 8 février 1962, une manifestation unitaire a été organisée à Paris pour la paix et l'indépendance en Algérie et contre les attentats de l'OAS. Elle a été violemment réprimée par la police : neuf personnes ont perdu la vie, plusieurs centaines furent blessés". "Soixante ans après cette tragédie, je rends hommage à la mémoire des victimes et de leurs familles", ajoute-t-il.

En outre, le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a déposé mardi une gerbe au nom du président de la République, lors d'une cérémonie au cimetière du Père Lachaise, à l'occasion du 60e anniversaire de la manifestation. Cet hommage, attendu depuis longtemps, "s'inscrit dans une démarche globale de reconnaissance de toutes les mémoires liées à la guerre d'Algérie et qui vise à construire cette mémoire commune", précise l'entourage du chef de l'Etat. Depuis son accession au pouvoir en 2017, Emmanuel Macron a multiplié les gestes mémoriels pour tenter de "réconcilier les mémoires" entre Français et Algériens, mais sans "repentance".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Algérie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.