Législatives en Algérie : la majorité se maintient, l’abstention encore plus

Plus de six Algériens sur dix ne sont pas rendus aux urnes. Sans surprise aucune, la majorité est reconduite. Le Front de libération nationale (FLN) est arrivé en tête avec 164 sièges, suivi par ses alliés. Les Youtubeurs boycotteurs sont les grands vainqueurs de cette élection.

6 Algériens sur 10 ont boudé les urnes
6 Algériens sur 10 ont boudé les urnes (CITIZENSIDE / OMAR SEGHIR / CITIZENSIDE)

«Tout ça pour ça», ironise la presse algérienne. Selon les résultats préliminaires annoncés vendredi 5 mai 2017 par le ministère algérien de l'Intérieur, la participation, principal enjeu du scrutin, n'a atteint que 38,25% des inscrits, contre 43% lors des précédentes législatives, en 2012. Politiquement, rien  ne change, la majorité est reconduite comme attendue. Le Front de libération nationale (FLN) est arrivé en tête des élections législatives organisées jeudi 4 mai en Algérie avec 164 sièges, suivi par son allié du Rassemblement national démocratique (RND) avec 97 sièges. Les deux forces conservent leur majorité à l'Assemblée nationale populaire.

Capture d\'écran Liberté
Capture d'écran Liberté (DR)

 
L’abstention, premier parti d’Algérie
Plus de six Algériens sur dix ont boudé les urnes. Meetings annulés, réseaux sociaux aphones, indifférence des médias, ces législatives n’ont pas passionné les électeurs. Les autorités avaient vainement multiplié les initiatives pour contenir une abstention qui s’annonçait massive. Raté, les médias publics ont peiné à sortir les Algériens de leur apathie. Effarées, les autorités ont dû constater l’influence des Youtubeurs boycotteurs sur les réseaux sociaux.


Une star nommée DJ Joker
Interdits d’antenne par une circulaire de circonstance, les boycotteurs ont trouvé refuge dans les médias privés et sur les réseaux sociaux. Et la star de ces législatives se nomme DZJoker. Postée le 27 avril, sa vidéo «Mansotich» (Je ne voterai pas, je ne sauterai pas, jeu de mots en arabe) a été visionnée près de 4,5 millions de fois. Le jeune humoriste de 26 ans, ainsi que son complice Anes Tina, ont été convoqués par la police.

 
Chambre d’enregistrement
Pour de nombreux analystes comme pour l'opposition, l'Assemblée reste une chambre d'enregistrement. Les députés sont surnommés «Mains levées», en référence au vote systématique des projets gouvernementaux. La nature du pouvoir, jugé opaque et entre les mains d'une élite, n'a guère changé depuis l'indépendance en 1962. Des vidéos de fraudes ont circulé sur les réseaux sociaux. La Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE) a été destinataire de 358 saisines au niveau national, dont la majorité est liée à «l'aspect organisationnel»

L’Algérie est en pleine crise économique, en dépit de sa richesse en hydrocarbures. La baisse des revenus pétroliers, entamée il y a trois ans, illustre le manque de diversification d'une économie encore fortement étatisée. Le budget de l'Etat repose pour 60% sur les revenus issus des hydrocarbures. Cette situation a contraint le gouvernement à réduire les dépenses publiques et à entamer la révision à la baisse des subventions sur le carburant ou l'électricité.