DIRECT. Présidentielle en Algérie : le nouveau président Abdelmadjid Tebboune "tend la main" au mouvement de contestation

Présenté comme le candidat préféré de l'armée, le septuagénaire s'est imposé à l'issue d'un vote marqué par une abstention record.

Le nouveau président algérien Abdelmadjid Tebboune à Alger, le 13 décembre 2019.
Le nouveau président algérien Abdelmadjid Tebboune à Alger, le 13 décembre 2019. (BILLAL BENSALEM / NURPHOTO / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Il n'y aura pas de second tour en Algérie. Abdelmadjid Tebboune, ancien bref Premier ministre d'Abdelaziz Bouteflika en 2017, a remporté le premier tour de la présidentielle, a annoncé, vendredi 13 décembre, l'Autorité nationale indépendante des élections. Favori du scrutin, il a recueilli 58,15% des suffrages. Dans l'après-midi, une manifestation contre le nouveau président élu a débuté dans le centre-ville d'Alger. Ce dernier a réagi, assurant vouloir "tendre la main" au "Hirak", le mouvement de contestation populaire inédit qui secoue l'Algérie depuis près de dix mois. Suivez la situation dans notre direct.

"Ton mandat est un mandat mort né." En ce 43e vendredi de mobilisation, les manifestants défilent en masse à Alger pour rejeter ce scrutin. Ils scandent que "le vote est truqué, vos élections ne nous concernent pas et votre président ne nous gouvernera pas".

Une participation historiquement basse. Le taux de participation a été de 41,13%, soit le plus faible de toutes les présidentielles pluralistes de l'histoire du pays. Il est inférieur de plus de dix points à celui du précédent scrutin, le plus faible jusqu'ici, qui avait vu la quatrième victoire de Bouteflika en 2014.

Un nouveau président de 74 ans. Abdelmadjid Tebboune, présenté par la presse algérienne comme le favori du scrutin et le candidat préféré de l’armée, a fait campagne en se définissant comme le "candidat du peuple".

L'armée à la baguette. Après une première tentative d'élection avortée en juillet, le haut commandement de l'armée, pilier du régime, avait tenu coûte que coûte à organiser ce scrutin pour sortir de la crise politico-institutionnelle, qui a aggravé la situation économique. Le général Ahmed Gaïd Salah, chef d'état-major de l'armée, assurait depuis des semaines que la participation serait "massive".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ALGERIE

20h53 : Le nouveau président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a annoncé "tendre la main" au "Hirak", le mouvement de contestation populaire inédit qui secoue l'Algérie depuis près de dix mois.

20h00 : Il est l'heure de faire un point sur l'actualité :

Le préfet de la Seine-Maritime annonce avoir signé l’arrêté d’autorisation de réouverture partielle de l’usine Lubrizol, moins de trois mois après l'incendie.


Le trafic sera "extrêmement perturbé" à la RATP demain tandis que la SNCF annonce un trafic "très perturbé" ce week-end avec 1 TGV sur 4, 1 Transilien sur 6 et 3 TER sur 10. Le président de la SNCF demande aux cheminots de "faire une pause" pendant les fêtes.

Une marée humaine a envahi le centre d'Alger pour conspuer le nouveau chef de l'Etat élu, Abdelmadjid Tebboune, un ex-fidèle du président déchu Abdelaziz Bouteflika, au lendemain d'un scrutin très largement boycotté par les Algériens : 60% des inscrits sur les listes électorales n'ont pas voté.

Les Pyrénées-Atlantiques ont été placées en vigilance rouge "inondation" en raison notamment d'importants risques de crues du Gave d'Oloron, un affluent de l'Adour. Dix autres départements sont en vigilance orange. Suivez notre direct.

Un homme menaçant des policiers à l'arme blanche a été abattu ce matin dans le quartier d'affaires de la Défense, près de Paris. Âgé de 42 ans, l'homme s'était enfui d'un hôpital psychiatrique au mois de juin."Les investigations ne permettent pas de rattacher cette tentative de meurtre à du terrorisme", a déclaré la procureure de Nanterre

18h07 : Il est l'heure de faire un point sur l'actualité :

Le trafic sera "extrêmement perturbé" à la RATP demain tandis que la SNCF annonce un trafic "très perturbé" ce week-end avec 1 TGV sur 4, 1 Transilien sur 6 et 3 TER sur 10.

Une marée humaine a envahi le centre d'Alger pour conspuer le nouveau chef de l'Etat élu, Abdelmadjid Tebboune, un ex-fidèle du président déchu Abdelaziz Bouteflika, au lendemain d'un scrutin très largement boycotté par les Algériens : 60% des inscrits sur les listes électorales n'ont pas voté.

Les Pyrénées-Atlantiques ont été placées en vigilance rouge "inondation" en raison notamment d'importants risques de crues du Gave d'Oloron, un affluent de l'Adour. Dix autres départements sont en vigilance orange. Suivez notre direct.

Un homme menaçant des policiers à l'arme blanche a été abattu ce matin dans le quartier d'affaires de la Défense, près de Paris. Âgé de 42 ans, l'homme s'était enfui d'un hôpital psychiatrique au mois de juin."Les investigations ne permettent pas de rattacher cette tentative de meurtre à du terrorisme", a déclaré la procureure de Nanterre

16h49 : Dans cet article, notre journaliste Clément Parrot vous explique pourquoi l'élection du nouveau président en Algérie a peu de chances de calmer la crise politique qui sévit dans le pays. Les manifestants estiment notamment que la sincérité du scrutin est mise en doute.



(AFP)

14h59 : Une marée humaine a pris possession du centre d'Alger pour protester contre le nouveau chef de l'Etat élu, Abdelmadjid Tebboune, un ex-fidèle du président déchu Abdelaziz Bouteflika. "Le vote est truqué. Vos élections ne nous concernent pas et votre président ne nous gouvernera pas", scandent les manifestants.


12h38 : Pour en savoir plus les enjeux de cette présidentielle, vous pouvez consulter notre article.

12h53 : Cette abstention massive s'explique par le mouvement de protestation populaire appelé "Hirak" qui a contraint Abdelaziz Bouteflika à la démission. Ce mouvement exige la fin du "système" aux manettes depuis l'indépendance en 1962, et le départ de tous les anciens soutiens ou collaborateurs des 20 ans de présidence Bouteflika. Ce que sont les cinq candidats à la présidentielle. "Makache l'vote" ("pas de vote !"), scandaient les dizaines de milliers de personnes qui ont envahi les rues d'Alger hier.

12h29 : Bonjour @anonyme, cette présidentielle a été marquée par une abstention record : seuls 39,93% des inscrits ont voté au premier tour (41,41% sur le territoire national et 8,69% à l'étranger), a annoncé dans la nuit le président de l'Autorité nationale indépendante des élections (Anie), Mohamed Charfi. Ce taux est le plus faible de toutes les présidentielles de l'histoire du pays.

12h28 : C'est donc Abdelmadjid Tebboune qui est élu président de l'Algérie. Âgé de 74 ans, il était présenté par la presse algérienne comme le favori. Il était le candidat préféré de l’armée et ancien Premier ministre de Bouteflika. Diplômé de l'Ecole nationale d'administration (ENA), il dit être le "candidat du peuple".

12h12 : Il est midi et voici l'essentiel de l'actualité à la mi-journée :

Quatre des huit raffineries de métropole étaient touchées par la grève ce matin, en attendant une cinquième qui pourrait rejoindre le mouvement à la mi-journée, a affirmé la CGT Chimie.

Boris Johnson est arrivé au palais de Buckingham pour être renommé Premier ministre, après la victoire de son parti aux élections législatives.


La vigilance orange concerne désormais 12 départements. Il s'agit de l'Isère, de la Savoie, de l'Ariège, de l'Aveyron, de la Corse-du-Sud, de la Haute-Corse, de la Haute-Garonne, du Gers, des Landes, des Pyrénées-Atlantiques, des Hautes-Pyrénées et du Tarn.

Abdelmadjid Tebboune a été déclaré vainqueur de l'élection présidentielle algérienne avec plus de 4 millions de voix et 58,15 % des suffrages.

12h10 : Abdelmadjid Tebboune est déclaré vainqueur de l'élection présidentielle algérienne, par l'autorité nationale indépendante des élections, avec plus de 4 millions de voix et 58,15% des suffrages.