Abdelaziz Bouteflika "demande pardon" aux Algériens dans une lettre "d'adieux"

Si le président, au pouvoir depuis 20 ans, a quitté son poste, les manifestations contre le "système" qui l'entoure vont se poursuivre.

Des Algériens célèbrent la démission d\'Abdelaziz Bouteflika, à Alger, le 2 avril 2019.
Des Algériens célèbrent la démission d'Abdelaziz Bouteflika, à Alger, le 2 avril 2019. (RAMZI BOUDINA / REUTERS)
Ce qu'il faut savoir

Pour la première fois depuis 20 ans, l'Algérie s'est réveillée sans Abdelaziz Bouteflika au pouvoir. Le chef de l'Etat de 82 ans, après avoir renoncé à se présenter pour un cinquième mandat, a donné sa démission. Il a adressé, mercredi 3 avril, une lettre d'"adieux" aux algériens pour leur demander "pardon". Un peu plus tôt, le Conseil constitutionnel s'était réuni pour constater la "vacance" de la présidence de la République, c'est-à-dire entériner sa démission, a indiqué la télévision nationale algérienne.

Une démission pour "apaiser les esprits". Dans une lettre de démission remise au Conseil constitutionnel, Abdelaziz Bouteflika écrit que sa démarche "est destinée à contribuer à l'apaisement des cœurs et des esprits de mes compatriotes, pour leur permettre de projeter ensemble l'Algérie vers l'avenir meilleur auquel ils aspirent légitimement".

L'intérim dans les mains d'un pur produit du régime. Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, 77 ans, est chargé par la Constitution d'assurer l'intérim durant une période maximale de 90 jours, au cours de laquelle une élection présidentielle doit être organisée.

De nouvelles manifestations prévues. Les Algériens souhaitent désormais obtenir le départ de tout le "système" au pouvoir. A Alger, les manifestants se donnent rendez-vous vendredi 5 avril, septième vendredi consécutif de protestation. "Bouteflika est parti, mais c'est loin d'être fini" ou encore "Trop tard, on veut qu'ils partent tous", résument des Algérois interrogés par l'AFP.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ALGERIE

00h00 : Il est minuit. Voici les principaux titres de l'actualité :

• La France interdit plusieurs modèles de prothèses mammaires soupçonnés d'être à l'origine de cancers.


• C'est terminé ! Paris élimine Nantes 3-0 et rejoint Rennes pour la finale de la Coupe de France.


Dans une lettre "d'adieux", l'ancien président Abdelaziz Bouteflika "demande pardon" aux Algériens.


Le conseil d'administration de Renault, réuni aujourd'hui, refuse de verser une retraite chapeau à Carlos Ghosn. Par ailleurs, il recommande à l'assemblée générale de ne pas voter le reliquat en numéraire de son salaire variable au titre de 2018, soit 224 000 euros.


• Deux hommes ont été mis en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Ils sont soupçonnés d'avoir envisagé une attaque contre un établissement scolaire ou un fonctionnaire de police.

• Le célèbre coiffeur et entrepreneur Jean-Louis David est mort à l'age de 85 ans

21h59 : Le Front de libération nationale (FLN), parti d'Abdelaziz Bouteflika, a salué mercredi la décision de celui-ci de démissionner face à la contestation inédite qui le visait. Le slogan "FLN, dégage" est régulièrement entendu lors des manifestations qui secouent le pays depuis le 22 février.

21h02 : Abdelaziz Bouteflika affirme avoir gouverné avec "sincérité et loyauté", au lendemain de son départ du pouvoir sous la pression de la rue. "Je quitte la scène politique sans tristesse ni peur pour l'avenir de notre pays" et "je vous exhorte à demeurer unis, à ne jamais vous diviser". Vous pouvez retrouver l'intégralité de sa lettre sur TSA.

20h13 : "Aujourd’hui simple citoyen, il n’en demeure pas moins que je reste fier de ma contribution à ce que l’Algérie ait amorcé le 21e siècle en étant dans une situation meilleure et que je me félicite des progrès notables, réalisés dans tous les domaines, en faveur du peuple algérien qui m’a fait l’honneur d’être son président, vingt années durant", écrit l'ancien président Abdelaziz Bouteflika.

20h12 : Dans une lettre "d'adieux", l'ancien président Abdelaziz Bouteflika "demande pardon" aux Algériens.

18h00 : Voici les principaux titres de l'actualité :

Le conseil d'administration de Renault, réuni aujourd'hui, refuse de verser une retraite chapeau à Carlos Ghosn. Par ailleurs, il recommande à l'assemblée générale de ne pas voter le reliquat en numéraire de son salaire variable au titre de 2018, soit 224 000 euros.


• Deux hommes ont été mis en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Ils sont soupçonnés d'avoir envisagé une attaque contre un établissement scolaire ou un fonctionnaire de police.

• Emmanuel Macron a refusé l'invitation des dirigeants nationalistes à s'exprimer devant l'Assemblée de Corse. Ces derniers avaient auparavant annoncé qu'ils ne se rendraient pas à la réunion entre les maires insulaires et le chef de l'Etat.

Un nouveau ministre quitte le gouvernement de Theresa May. Chris Heaton-Harris, chargé de préparer le Royaume-Uni à une sortie de l'UE sans accord, explique dans sa lettre de démission que la détermination de la cheffe du gouvernement à tout faire pour éviter un "no deal" rend son travail inutile.


• Le Conseil constitutionnel algérien a officiellement "fait le constat de la vacance définitive de la présidence de la République", au lendemain de la démission d'Abdelaziz Bouteflika, selon un bandeau déroulant à la télévision nationale algérienne.

16h03 : Abdelaziz Bouteflika a annoncé sa démission, hier soir, et les images ont été diffusées par les télévisions algériennes. On le voit remettre sa lettre au président du Conseil constitutionnel, Tayeb Belaïz.



ENNAHAR TV / AFP

14h29 : Le Conseil constitutionnel est actuellement réuni à Alger pour constater, conformément à la Constitution, la "vacance" de la présidence de la République, annonce l'agence de presse officielle APS. Une fois constatée, le Conseil constitutionnel doit transmettre un acte de "vacance définitive" au Parlement, selon la Constitution. C'est le président du Conseil de la nation (chambre haute), Abdelkader Bensalah, qui est chargé par la Constitution d'assurer l'intérim pendant trois mois.

14h16 : Voici les principaux titres de l'actualité :

• Deux hommes ont été mis en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Ils sont soupçonnés d'avoir envisagé une attaque contre un établissement scolaire ou un fonctionnaire de police.

• Emmanuel Macron a refusé l'invitation des dirigeants nationalistes à s'exprimer devant l'Assemblée de Corse. Ces derniers avaient auparavant annoncé qu'ils ne se rendraient pas à la réunion entre les maires insulaires et le chef de l'Etat.

• Abdelaziz Bouteflika a annoncé sa démission, hier soir. Et maintenant ? Franceinfo a réfléchi au scénario des prochaines semaines en Algérie.


• L'ancien PDG de Renault-Nissan Carlos Ghosn a annoncé une conférence de presse via un compte Twitter créé à cette occasion, au moment où, selon plusieurs médias, il est menacé de nouvelles poursuites par le parquet.

12h40 : La rue a été entendue. Le président algérien Adbelaziz Bouteflika a démissionné après six semaines d'une mobilisation monstre et pacifique dans les grandes villes du pays. Et maintenant ? Franceinfo fait le point sur ce qui pourrait arriver lors des prochaines semaines.




RYAD KRAMDI / AFP

12h00 : Midi à la pendule, voici ce qu'il faut retenir de la matinée :

Theresa May doit rencontrer le leader de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn pour tenter d'élaborer un compromis sur le Brexit afin d'éviter au Royaume-Uni une sortie de l'Union européenne sans accord le 12 avril.

• L'ancien PDG de Renault-Nissan Carlos Ghosn a annoncé une conférence de presse via un compte Twitter créé à cette occasion, au moment où, selon plusieurs médias, il est menacé de nouvelles poursuites par le parquet.

• Les habitants de Chicago ont élu , une femme noire et lesbienne à la tête de leur ville. Une première historique dans cette ville marquée par les inégalités sociales et la violence due aux armes à feu.

• Après un mois de contestation exemplaire, les Algériens se réveillent, pour la première fois en vingt ans, sans Abdelaziz Bouteflika à la tête du pays, après que ce dernier a annoncé sa démission. Toutes les informations sont à retrouver dans notre direct.

• Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a confirmé cette nuit à l'Assemblée nationale la suppression de la taxe d'habitation pour l'ensemble des contribuables, hors résidences secondaires, d'ici 2022.

10h47 : "Nous assistons à la fin, pas simplement d’un homme, d’un personnage très important dans l’histoire de l'Algérie, mais aussi d’une séquence d’histoire particulière", a souligné le professeur d'histoire du Maghreb Benjamin Stora sur franceinfo.

(FRANCEINFO)

10h17 : Après la démission d'Abdelaziz Bouteflika, ses proches sont désormais dans le viseur de la justice. Douze hommes d'affaires à la tête d'empires industriels sont soupçonnés de corruption par la justice et interdits de quitter le territoire algérien, explique France 2.

09h01 : Que faut-il retenir de l'actualité ce matin ?

• Après un mois de contestation exemplaire, les Algériens se réveillent, pour la première fois en vingt ans, sans Abdelaziz Bouteflika à la tête du pays, après que ce dernier a annoncé sa démission. Toutes les informations sont à retrouver dans notre direct.

• La Première ministre britannique Theresa May a annoncé son intention de réclamer aux dirigeants européens un nouveau report du Brexit, se tournant également vers le leader de l'opposition Jeremy Corbyn pour tenter de sortir de l'impasse.

Rennes réalise l'exploit. Au Groupama Stadium, les Bretons se sont qualifiés pour la finale de la Coupe de France aux dépens de Lyon (3-2). Rennes affrontera en finale le 27 avril au Stade de France le vainqueur de PSG-Nantes, qui se joue aujourd'hui.


• Emmanuel Macron est attendu aujourd'hui à Saint-Brieuc en Bretagne. Le président n'a prévu que deux heures de rencontres avec les maires de Bretagne, un format éloigné des six heures de rencontres habituelles organisées depuis le 15 janvier dans différentes villes.

08h55 : "Le président s’en va, ça veut dire qu’ils vont tous partir aussi. On est heureux parce que ça fait longtemps qu’on se retient." Environ un millier de personnes ont fêté hier soir à Alger la démission du président Abdelaziz Bouteflika. Notre journaliste Kahina Nazir était sur place.

Des habitants d\'Alger (Algérie) dans la rue mardi 2 avril 2019, pour célébrer la démission du président Abdelaziz Bouteflika


(RYAD KRAMDI / AFP)

07h41 : Ce matin, le journal algérien El Watan titre sans surprise sur le départ de Bouteflika, "sur fond de tension avec l'armée".

07h41 : Scènes de liesse à Alger après l'annonce de la démission d'Abdelaziz Bouteflika. Un concert de klaxons a accueilli la nouvelle et des Algérois, munis du drapeau algérien, se sont rassemblés sur le parvis de la Grande Poste avant de défiler dans les rues.








(RYAD KRAMDI / AFP)

07h43 : Voici les principaux titres ce matin :

• Au pouvoir depuis deux décennies, Abdelaziz Bouteflika, 82 ans, cible d'une contestation populaire inédite depuis plus d'un mois et défié par l'armée, a démissionné hier soir.

•La Première ministre Theresa May souhaite demander aux dirigeants européens un nouveau report du Brexit, "aussi court que possible" et qui prendra fin lorsque les députés britanniques auront adopté un accord de divorce.

• Un médecin militaire français est mort hier lors d’une opération de lutte contre les groupes armés terroristes au Mali, annonce l'Elysée.

• Rennes réalise l'exploit. Au Groupama Stadium, les Bretons se sont qualifiés pour la finale de la Coupe de France aux dépens de Lyon (3-2). Rennes affrontera en finale le 27 avril au Stade de France le vainqueur de PSG-Nantes, qui se joue aujourd'hui.