COVID-19 : l'Algérie ferme ses écoles pour dix jours

Les cours sont suspendus dans les écoles, collèges et lycées après une hausse des contaminations au Covid-19. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des lycéens à Alger, le 4 novembre 2020. (- / AFP)

Les établissements scolaires sont fermés depuis ce 20 janvier pour une dizaine de jours. Après une décrue, les contaminations au Covid-19 sont reparties à la hausse, essentiellement dans les écoles. Dans un communiqué relayé par l'agence officielle APS, la présidence a annoncé à "titre préventif" la "suspension des cours pour une durée de dix jours dans les trois cycles d'enseignement (primaire, moyen et secondaire) et ce, à compter du jeudi 20 janvier 2022". Pour l'enseignement supérieur, le choix est laissé à l'appréciation des recteurs. "La décision de fermeture des universités revient aux chefs des établissements et des centres universitaires, en tenant compte du calendrier des examens et la possibilité de les reprogrammer au profit des étudiants", ajoute le communiqué.

Vaccination

Selon les autorités, qui insistent sur la vaccination comme seul moyen pour atteindre l'immunité collective, "94% des patients décédés du Covid-19 n'avaient pas été vaccinés". Près de 6 500 personnes mortes du Covid-19 ont été recensées en Algérie depuis l'enregistrement du premier cas de cette maladie le 25 février 2020, selon le dernier bilan du ministère de la Santé

Transport aérien

Les autorités alertent aussi sur le transport aérien. "Il a été constaté que certains vols à destination de l'Algérie enregistraient un nombre important d'infections, d'où l'impératif d'un contrôle plus rigoureux et la réduction, en cas de besoin, du nombre de ces vols", note le communiqué de la présidence. Les frontières aériennes de l'Algérie, fermées depuis le 17 mars 2020, avaient rouvert partiellement le 1er juin 2021.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Algérie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.