Covid-19 en Algérie : plus de 260 médecins emportés par la pandémie

Depuis le début de la pandémie en février 2020, le personnel soignant paye un lourd tribut.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une infirmière accueille des personnes arrivant pour recevoir une dose de vaccin contre le Covid-19 dans un centre de vaccination, devant la mosquée El-Kebir à Alger, le 9 juillet 2021. (RYAD KRAMDI / AFP)

"Depuis début juillet, jusqu’à ce jour mercredi 4 août, nous comptabilisons 45 décès parmi le personnel soignant. Ce matin encore, nous avons été informés du décès de trois confrères, deux médecins dans le secteur privé, et un professeur dans le secteur public", révèle, à TSA, Lyes Merabet, président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP). Selon le médecin, l’Algérie a enregistré 460 décès parmi le personnel soignant dont 262 médecins depuis le début de la pandémie en février 2020. Et plusieurs centaines de contaminés. La surcharge de travail et le manque de reconnaissance découragent certains médecins. "Soigner est devenu synonyme de souffrir (…). Quand nous constatons que la corporation a perdu une quarantaine de praticiens ces derniers temps avec une charge de travail qui va crescendo, nous comprenons aisément que certains envisagent de quitter les structures publiques", confie à Liberté le professeur Belkacem Bioud, chef du service de pédiatrie du CHU Saâdna-Mohamed Abdennour de Sétif. 

Troisième vague

L'Algérie est confrontée à une troisième vague de Covid-19, qui se traduit par une pénurie d'oxygène pour les particuliers et certains hôpitaux en raison de problèmes de gestion des stocks et de distribution. Un peu partout, des bénévoles s'organisent pour soulager les malades. Selon les chiffres officiels, communiqués par le ministère de la santé le 5 août, le total des cas confirmés de coronavirus s'élève à 177 963, dont 1 289 nouveaux cas durant les dernières 24 heures, celui des décès à 4 441 cas, alors que le nombre des patients guéris est passé à 119 152. Mais les chiffres officiels, celui des décès en particulier, ne reflèteraient pas la réalité, d'après des témoignages de certains professionnels de la santé rapportés par les médias. L'Autorité algérienne de l'audiovisuel (ARAV) a exhorté les médias à "éviter de se concentrer excessivement sur les nouvelles négatives" dans leur couverture de la crise sanitaire.

Confinement partiel

Face à cette troisième vague, les autorités ont notamment interdit l'accès aux plages et promis d'accélérer la campagne de vaccination qui a pris du retard. Le confinement partiel de 20h à 6h du matin est reconduit pour une dizaine de jours à partir du jeudi 5 août dans 37 wilayas (départements). Les marchés de ventes des véhicules d’occasion, des salles omnisports et les salles de sport, des maisons de jeunes et des centres culturels sont aussi fermés. La mesure d'interdiction concerne aussi "tout type de rassemblement de personnes et de regroupement familial, notamment la célébration de mariages et de circoncisions et autres événements". Selon les autorités, près de 3,5 millions d'Algériens ont été vaccinés à ce jour. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Algérie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.