"Ce serait un match de prestige" : 18 ans plus tard, la France et l'Algérie vont-elles de nouveau s'affronter sur un terrain de foot ?

L'unique rencontre, en 2001, avait été marquée par l'envahissement du terrain et par des sifflets pendant la Marseillaise.

Les joueurs Zinedine Zidane, Mehdi Meniri, Farid Ghazi, Emmanuel Petit et l\'entraîneur Rabah Madjer avant le match amical entre la France et l\'Algérie le 6 octobre 2001. 
Les joueurs Zinedine Zidane, Mehdi Meniri, Farid Ghazi, Emmanuel Petit et l'entraîneur Rabah Madjer avant le match amical entre la France et l'Algérie le 6 octobre 2001.  (OLIVIER MORIN / AFP)

Et si les champions d'Afrique de football affrontaient les champions du monde ? Le sélectionneur algérien, Djamel Belmadi, l'a évoqué mardi 3 septembre en conférence de presse : il aimerait "jouer un jour" contre les Bleus, 20 ans après la seule confrontation en amical entre les deux nations.

De cette rencontre d'octobre 2001, remportée 4-1 par les Français, on se rappelle principalement les sifflets contre la Marseillaise et l'envahissement du terrain par des supporters algériens. Quasiment 18 ans ont passé et pour Djamel Belmadi – qui avait à l'époque marqué le but algérien – il est temps de jouer une nouvelle rencontre. Il est d'ailleurs prêt à cocher une date dans son agenda : "On peut largement l'envisager. Ce serait un match de prestige, avec une équipe doublement championne du monde, c'est déjà ça que je regarde, sur le plan sportif."

Voyons quand on peut organiser ça et que ça convienne aux deux parties.Djamel Belmadi, le sélectionneur algérienà franceinfo

"Après, on sait que cette confrontation avec l'équipe de France est lourde d'histoire. Donc pour tous ces éléments, ça m'a l'air très intéressant de pouvoir jouer un jour contre eux. C'est possible que ce soit envisagé avant la fin du mandat de Noël Le Graët [le président de la Fédération Française de Football]", affirme le sélectionneur des Fennecs.

Hautement symbolique en raison de l'histoire commune entre les deux pays, l'idée d'un France-Algérie intéresse toujours Noël Le Graët. Le président de la FFF trouvait en juillet dernier "anormal que deux pays amis ne puissent pas se rencontrer".