L'hommage à Mandela en images

Des dizaines de milliers d'anonymes, des présidents et des stars : l'Afrique du Sud et le monde entier se sont rassemblés mardi à Soweto, pour honorer la mémoire du prix Nobel de la paix.

113
La cérémonie d'hommage au premier président noir d'Afrique du Sud a débuté vers 11 heures, avec une heure de retard sur l'horaire prévu. Mais, dès les premières heures de la matinée, les milliers de personnes présentes avaient créé une atmosphère festive dans l'immense stade Soccer City de Soweto. ROBERTO SCHMIDT / AFP
213
Dans les gradins, les spectateurs ont dansé et entonné des chants de l'époque de la lutte contre l'apartheid, lorsque Nelson Mandela, emprisonné, était déjà leur héros. ALEXANDER JOE / AFP
313
Les Sud-Africains ne se sont cependant pas déplacés en masse pour ce dernier hommage. La journée n'avait pas été déclarée fériée, et le stade n'était qu'aux deux tiers plein. Les autres stades de l'agglomération de Johannesburg, réquisitionnés pour retransmettre la cérémonie, étaient quant à eux quasi vides. YANNIS BEHRAKIS / REUTERS
413
La pluie battante, si inhabituelle en cette saison en Afrique du Sud, n'a pas douché les ardeurs des 50 000 à 60 000 participants. Beaucoup ont au contraire salué ce crachin incessant comme une "bénédiction divine", un heureux signe sur la cérémonie. Les discours officiels, eux, ont en revanche eu raison de l'ambiance de fête.  PEDRO UGARTE / AFP
513
Seul Barack Obama a su raviver la flamme de la cérémonie. Le président américain a été ovationné comme personne sans doute en Afrique du Sud depuis Nelson Mandela. Il a prononcé un éloge vibrant et personnel à Mandela, un "géant de l'histoire", "qui [lui] donne envie d'être un meilleur homme". BRENDAN SMIALOWSKI / AFP
613
A l'inverse, le président sud-africain, Jacob Zuma, a été sifflé et hué par la foule à plusieurs reprises. Une partie du public a même quitté le stade lorsqu'il a pris la parole. Il est impliqué dans des scandales de corruption et de violences policières à répétition. Son impopularité témoigne aussi de la désillusion de nombre de Sud-Africains, dix-neuf ans après les espoirs nés avec l'arrivée au pouvoir de Mandela. SIPHIWE SIBEKO / REUTERS
713
Les chants ont même repris spontanément dans les gradins, au beau milieu des discours. Le vice-président de l'ANC Cyril Ramaphosa, Monsieur Loyal de la cérémonie, a dû plusieurs fois appeler au calme. PEDRO UGARTE / AFP
813
"Je ne vous donnerai pas ma bénédiction avant que vous tous soyez silencieux. Soyez disciplinés (...), je veux entendre un stylo tomber." Le prix Nobel de la paix 1984, l'archevêque sud-africain Desmond Tutu, a réussi à obtenir un silence total et à détendre l'atmosphère, à la fin de la cérémonie, dans une intervention imprévue mêlant pitreries et prières. PEDRO UGARTE / AFP
913
Dans les tribunes, le chanteur de U2, Bono, et l'actrice sud-africaine Charlize Theron étaient présents aux côtés des dirigeants du monde entier pour cet ultime hommage. ODD ANDERSEN / AFP
1013
François Hollande était accompagné de son prédécesseur Nicolas Sarkozy. Ils se sont rendus en Afrique du Sud dans deux avions distincts, mais ont assisté à la cérémonie côte à côte. KAI PFAFFENBACH / REUTERS
1113
Cette cérémonie a surtout été l'occasion d'une poignée de main historique. A la surprise générale, le président américain, Barack Obama, a serré la main de son homologue cubain, Raul Castro. Un geste très symbolique, les deux pays étant en froid depuis le début des années 1960. CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES EUROPE / AFP
1213
Unies dans le deuil, Winnie Madikizela-Mandela et Graça Machel, deux ex-épouses de Nelson Mandela, se sont embrassées avant que la cérémonie ne commence. Ce témoignage de compassion n'a pas échappé aux Sud-Africains, très attachés à ces deux femmes. CHRISTOPHER FURLONG / GETTY IMAGES EUROPE / AFP
1313
Nelson Mandela devait "sourire" depuis le ciel à la vue de la foule réunie pour la cérémonie en son hommage, a estimé à la tribune le porte-parole de sa famille. ODD ANDERSEN / AFP