Afrique : comment fêteriez-vous Noël au Liberia, en Ethiopie, en Egypte ou en Afrique du Sud ?

Peut-être seulement le 7 janvier ou autour d'un "braai" (barbecue). 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des prêtres orthodoxes éthiopiens assistent à la célébration de Noël à l'église Sainte-Marie, à Lalibela, en Éthiopie, le 7 janvier 2019. Le Noël orthodoxe éthiopien, appelé Ledet ou Genna, attire des pèlerins de tout le pays (EDUARDO SOTERAS / AFP)

A quelques exceptions près, les célébrations liées à Noël se déroulent de la même manière partout dans le monde. Bons repas, retrouvailles familiales et cadeaux font partie de la hotte du Père Noël, y compris sur le continent. Cependant dans certains pays, la naissance du Christ est célébrée avec quelques singularités. Escales au Libéria, en Ethiopie, en Egypte et en Afrique du Sud pour en découvrir quelques-unes. 

Au Liberia, c'est au "Old Man Bayka" que l'on offre des cadeaux 

Tous les Libériens connaissent le "Old Man Bayka ('Bayka' étant une déformation du mot anglais "Beggar" qui signifie 'mendiant')", en d'autres termes le "vieux mendiant". C'est un personnage clé des festivités de Noël. Il a la particularité de ne pas donner de cadeaux comme habituellement à Noël. Le principe de la fête se retrouve inversé puisque c'est plutôt "Old Man Bayka" qui en reçoit. Cette vision libérienne des célébrations de la nativité est le fruit d'un mélange entre traditions locales et fête chrétienne importée. Le "Old Man Bayka" s'inspire ainsi des "diables dansants". Ces derniers, qui sont plus des représentations spirituelles que des démons, "avaient l'habitude de danser lors des festivals traditionnels" habillés "de piles de pailles de raphia brun", expliquait Max Bankole Jarrett, ancien journaliste à la BBC et écrivain, dans les colonnes du média américain NPR il y a quelques années.

"Lorsque les colons américains sont arrivés au Liberia et ont apporté leurs fêtes, y compris Noël, les diables sont devenus partie intégrante (des célébrations)", explique-t-il en se souvenant des frayeurs que lui inspiraient, enfant, les "Christmas Devils" de sortie à Noël dans son Liberia natal où il a vécu jusqu'à l'âge de 9 ans.  "J'étais à la fois fasciné et effrayé, poursuit-il. Mais d'autres jeunes, des garçons à peine plus âgés que moi, s'appropriaient habilement et de manière colorée des éléments de cette tradition et créaient leurs propres copies d'une version moderne du diable campagnard de Noël. Ils se déguisaient en un personnage appelé "le Vieux Mendiant" – portant des vêtements rapiécés et se promenaient pendant la période de Noël pour demander de l'argent et des friandises"

En Afrique du Sud, Noël au soleil et en mode "braai"

C'est au soleil que les Sud-Africains, qui sont dans l'hémisphère Sud, célèbrent Noël. Le barbecue, le fameux "braai" en Afrikans, est donc de rigueur. C'est une tradition culinaire sud-africaine à laquelle il est quasiment impossible d'échapper durant les festivités de Noël. Le site d'information sud-africain Iol rapportait début décembre qu'une entreprise pharmaceutique avait même développé, en partenariat avec la Heart and Stroke Foundation South Africa (organisation qui promeut la bonne santé cardiovasculaire) des recettes diététiques pour permettre aux Sud-Africains de rester en bonne santé, surtout durant la période des fêtes. 

Noël, un 7 janvier...

Pour commémorer la naissance du Christ, il faudra attendre le 7 janvier en Ethiopie, date à laquelle les chretiens orthodoxes ainsi que les coptes en Egypte célèbrent Noël. Dans ces pays, c'est le calendrier julien qui fait foi et non le grégorien (qui a succédé au premier) qui fixe au 25 décembre la fête de la Nativité. En Ethiopie, la fête de Noël est aussi appelée Ganna (ou Genna) ou encore Ledet. C'est une occasion de recueillement et de pèlerinage qui s'accompagne de festivités riches en couleurs.  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afrique du Sud

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.