Aisne : le retour en France d'un ancien interprète de l'armée française, bloqué en Afghanistan avec sa famille

Publié Mis à jour
Aisne : le retour en France d'un ancien interprète de l'armée française, bloqué en Afghanistan avec sa famille
FRANCE 3
Article rédigé par
L. Feuerstein, A. Marchand, N. Murviedro - France 3
France Télévisions

Il y a quatre mois, des milliers de personnes, menacées par les talibans, fuyaient l'Afghanistan. Parmi elles, de nombreux traducteurs, qui ont risqué leur vie aux côtés des soldats français. Une famille avec ses deux jeunes enfants, partie rendre visite cet été à des proches, a enfin pu regagner la France. 

Grand soulagement pour le maire de Laon (Aisne), Éric Delhaye, et son épouse : une famille afghane, qui habite dans la commune depuis cinq ans, vient enfin de rentrer chez elle. Elle s'est cachée autour de Kaboul (Afghanistan) durant quatre mois, afin d'échapper aux talibans. "Quand on est arrivé ici, les enfants dormaient dans la voiture. Je leur ai dit : 'Ça y est, on est arrivés'. Ils étaient sous le choc. Ils étaient trop heureux", raconte Nasir Wahdad, traducteur afghan de l'armée française.

Menacés par les talibans

Devenu soudeur en France, Nasir est reparti en Afghanistan durant l'été avec sa famille, afin de voir son père malade. Il a été surpris par l'arrivée soudaine des talibans. Jugés non prioritaires, et avec peu d'argent, le couple et les enfants n'ont pas été rapatriés. Pourtant, leur vie était menacée. "Vous êtes coupable à nos yeux, car vous avez travaillé comme interprète", ont écrit les talibans dans une lettre.

La famille Wahdad a alors entamé un périple dangereux dans le pays, se cachant chez des proches et déménageant régulièrement. De leur côté, le maire et son épouse, institutrice, se sont démenés pour les faire revenir. Le Quai d'Orsay a finalement rapatrié Nasir Wahdad et sa famille il y a quelques jours, avec des visas. Laon accueille depuis 2016 une quinzaine de traducteurs de l'armée française.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.