Aide humanitaire, lutte contre le terrorisme : un sommet du G20 sur l'Afghanistan des talibans

L'Italie organise ce 12 octobre un sommet extraordinaire du G20 sur l'Afghanistan pour discuter aide humanitaire et lutte contre le terrorisme dans ce pays.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un soldat taliban dans les environs de Kaboul, le 3 octobre 2021. (HOSHANG HASHIMI / AFP)

Un sommet extraordinaire du G20 se tient sur l'Afghanistan ce mardi 12 octobre, à l’initiative de l’Italie, qui préside actuellement ce groupe des pays les plus riches. Le chef du gouvernement italien, Mario Draghi, a appelé à "tout faire" pour défendre les droits des Afghanes. C'est lui qui a insisté pour organiser la réunio ce lundi après-midi. Il devrait durer quelques heures en visioconférence, car les dirigeants de la planète G20 se retrouveront déjà à Rome d'ici deux semaines pour aborder bien d'autres thématiques.  

"Voir s'il est possible d'avoir des objectifs communs"

Mais que faut-il attendre de ce G20 virtuel sur l'Afghanistan ? Déjà il a lieu et c'est un point important pour la présidence italienne du G20.  Mais de là à ce qu'il aboutisse à une déclaration commune nous n'y sommes pas, explique Mario Draghi, qui se montre prudent. "Il s'agit de voir s'il est possible d'avoir des objectifs communs entre les 20 pays les plus riches du monde", indique-t-il. Les plus riches ont des devoirs, selon Mario Draghi qui veut se concentrer sur la situation humanitaire et éviter une catastrophe. Mais l'autre dossier brûlant sera la lutte contre le terrorisme.  

"Quelles mesures la communauté internationale peut-elle prendre pour éviter que l'Afghanistan redevienne le nid du terrorisme international ?"   

Mario Draghi

franceinfo

"Nous aurons un échange de vues et si possible un échange d'expériences sur ce que le G20 peut faire pour empêcher la propagation du terrorisme international en Europe mais aussi dans les pays environnants, qui sont pleinement impliqués dans la crise afghane", explique-t-il.  

Mais les pays représentés échangeront ils tous leurs informations ? La question est ouverte, comme celle des participants à ce sommet virtuel que Mario Draghi voulait élargir aux pays voisins de l'Afghanistan. Rome n'a pas donné de liste des États représentés, alors que Moscou organise ses propres discussions dans une semaine avec la Chine, le Pakistan, l'Inde et l'Iran.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afghanistan

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.