Afghanistan : un kamikaze tue au moins 63 personnes lors d'un mariage à Kaboul

Le groupe Etat islamique a revendiqué, dimanche, cette attaque à la ceinture explosive.

Une salle de mariage dévastée par un attentat, le 18 août 2019, à Kaboul (Afghanistan).
Une salle de mariage dévastée par un attentat, le 18 août 2019, à Kaboul (Afghanistan). (MOHAMMAD ISMAIL / REUTERS)

C'est l'attentat le plus meurtrier depuis janvier 2018 en Afghanistan. Un kamikaze équipé d'une ceinture explosive a tué au moins 63 personnes et en a blessé 182, samedi 17 août, lors des festivités autour d'un mariage à Kaboul. Cette attaque est intervenue alors que la population afghane espère un accord imminent entre talibans et Etats-Unis.

Le terroriste a "fait détoner sa ceinture une fois au milieu de la foule", a écrit le groupe Etat islamique, dimanche, dans un communiqué de revendication publié sur Telegram. Plus tôt, les talibans, l'autre groupe terroriste qui commet des attentats dans ce pays en guerre, avaient nié leur implication. "Commettre de tels assassinats délibérés et brutaux et prendre pour cible des femmes et des enfants n'ont aucune justification", avaient-ils tweeté.

"J'étais dans la partie réservée aux femmes quand j'ai entendu une énorme explosion dans la partie réservée aux hommes, a témoigné un participant au mariage. Tout le monde est sorti en courant, en criant et en pleurant. La salle était pleine de fumée. Presque tous ceux dans la partie réservée aux hommes sont morts ou blessés." Selon un autre participant au mariage, quelque 1 200 invités participaient aux célébrations. Il est commun en Afghanistan qu'un seul mariage réunisse plusieurs centaines d'invités.

Vers des négociations de paix avec les talibans ?

L'attentat de samedi est survenu alors que la population afghane, exaspérée par la violence aveugle, attend la conclusion d'un accord entre les Etats-Unis et les talibans. Cela ouvrirait la voie à des négociations de paix entre le gouvernement afghan et le groupe insurgé. Plusieurs sources américaines laissaient entendre ces derniers jours qu'un accord pourrait être imminent, mais certains points restaient à régler.

Dans le cadre de l'accord envisagé, les Etats-Unis prévoiraient de retirer d'Afghanistan les quelque 14 000 militaires américains qui y sont déployés. En contrepartie du retrait américain, les talibans prendraient plusieurs engagements relatifs à la sécurité, en particulier celui que les miliciens islamistes, qui ont longtemps hébergé Al-Qaïda, ne permettraient pas que l'Afghanistan redevienne un abri pour les jihadistes.