Afghanistan : les Américains ont quitté Kaboul, les talibans paradent

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Afghanistan : les Américains ont quitté Kaboul, les talibans paradent
FRANCE 3
Article rédigé par
L.Nahon, L.Chaussoy, J.Chouquet, L.de La Mornais - France 3
France Télévisions

L'Afghanistan est depuis la nuit du lundi 30 au mardi 31 août sous la coupe des talibans. Les derniers soldats américains ont quitté le pays. Les Afghans, eux, sont plongés dans un inconnu angoissant. 

Les forces spéciales talibanes paradent lundi 31 août sur le tarmac de l'aéroport militaire de Kaboul (Afghanistan), contrôlé la veille encore par l'armée américaine. Pour la première fois, ces derniers ont durci le ton. "Nous avons un message à l'adresse de tout envahisseur éventuel : quiconque se tourne vers l'Afghanistan avec de mauvaises intentions sera confronté à ce que les États-Unis ont connu aujourd'hui", a déclaré Zabihullah Mujahid, le porte-parole des talibans. Les avions américains ont quitté le pays 24 heures avant la date butoir fixée par les États-Unis. Immédiatement, des coups de feu victorieux ont résonné dans le pays. 

Des Afghans craignent pour leur vie 

La population affiche en apparence son soutien. "Je pense que les Afghans doivent être indépendants et agir selon leur propre volonté", confie l'un d'eux. D'autres sont cachés chez eux, et craignent pour leur vie. "J'ai peur que les talibans viennent me chercher chez moi, et ma famille aussi, ils ont peur", témoigne un ancien interprète pour l'ambassade de France. Toute la journée, de nombreux Afghans ont fait la queue devant les banques, de peur que le pays sombre économiquement dans le chaos. 

Le président des États-Unis, Joe, Biden, va s'exprimer dans la soirée. "[Il] va d'abord surtout féliciter l'armée américaine pour l'opération logistique de ces derniers jours, qui a permis d'évacuer 120 000 personnes, surtout des Afghans", rapporte le journaliste Loïc de La Mornais, en direct de Washington. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.