Cet article date de plus d'un an.

Afghanistan : la répression "suffocante" des talibans prive "des millions de femmes et de jeunes filles de leur droit de mener une vie libre", alerte Amnesty

Depuis leur prise du pouvoir en août 2021, les talibans ont "violé les droits des femmes et des filles à l'éducation, au travail et à la liberté de mouvement", estime l'ONG qui réclame des changements politiques profonds.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Une femme vêtue d'une burqa marche avec une fillette dans une rue de Kaboul (Afghanistan), le 7 mai 2022. (AHMAD SAHEL ARMAN / AFP)

La répression "suffocante" des talibans en Afghanistan prive "des millions de femmes et de jeunes filles de leur droit de mener une vie libre et épanouissante en sécurité", dénonce mercredi 27 juillet dans un rapport Amnesty International, près d'un an après la prise de pouvoir des talibans.

Depuis qu'ils ont pris le contrôle du pays le 15 août 2021, les talibans ont "violé les droits des femmes et des filles à l'éducation, au travail et à la liberté de mouvement", affirme l'ONG. Le système de protection et de soutien pour les personnes fuyant la violence domestique a été décimé. Des femmes et des filles ont été arrêtées pour des infractions mineures à des règles discriminatoires. Et les mariages d'enfants, mariages précoces et mariages forcés ont fortement progressé en Afghanistan en près d'un an.

Amnesty souligne que chaque détail du quotidien des femmes et des filles est contrôlé et soumis à d'importantes restrictions : si elles peuvent aller à l'école, si et comment elles travaillent, si et comment elles sortent de chez elles. En près d'un an, les talibans ont introduit des politiques de discrimination systématique qui portent atteinte à leurs droits, assure Amnesty International. Les femmes et les filles qui ont manifesté contre cette répression ont ainsi fait l'objet d'arrestations et de détentions arbitraires, de disparitions forcées, et d'actes de torture physique et psychologique.

Amnesty réclame des changements politiques profonds

En ce qui concerne l'éducation, les talibans continuent d'empêcher la grande majorité des filles élèves du secondaire d'aller en cours. À l'université, le harcèlement infligé aux étudiantes par les talibans a créé un environnement peu sûr où les étudiantes sont systématiquement désavantagées.

Dans son rapport, Amnesty International demande aux talibans d'adopter des changements politiques profonds, ainsi que des mesures visant à faire respecter les droits des femmes et des filles.

L'ONG en appelle également à la communauté internationale pour qu'elle impose des mesures face au comportement des talibans. Elle plaide pour une stratégie robuste pour inciter ces changements. Elle demande notamment des sanctions ciblées ou des interdictions de voyager, par l'intermédiaire d'une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies. Il s'agit d'obliger les talibans à rendre des comptes pour le traitement réservé aux femmes et aux filles, sans nuire à la population afghane.

Pour ce rapport, les chercheurs d'Amnesty International ont enquêté en Afghanistan de septembre 2021 à juin 2022, s'appuyant notamment sur des entretiens réalisés auprès de 90 femmes et 11 jeunes filles afghanes, âgées de 14 à 74 ans, et vivant dans 20 des 34 provinces afghanes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.