Afghanistan : des candidats à l'exil se sentent abandonnés par la France

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
afgha payen
FRANCEINFO
Article rédigé par
C. Payen - franceinfo
France Télévisions

En Afghanistan, le pont aérien international a permis d'évacuer près de 115 000 personnes selon les Etats-Unis, qui quittent le pays le 31 août. Le calme semble être revenu autour de l'aéroport samedi 28 août.

Le temps est comme suspendu à Kaboul samedi 28 août. Le retrait des forces américaines est imminent. Il doit avoir lieu dans trois jours avant que la chape de plomb talibane ne s'abatte sur l'AfghanistanIl y a quelques avions de rotation américains encore dans le ciel, mais ce sont les dernières centaines de familles afghanes, qui étaient à l'intérieur de l'aéroport de Kaboul, qui sont parties, raconte samedi soir Cyril Payen, envoyé spécial de France 24 à Kaboul.

Traqués par les talibans, ils se cachent

Les forces britanniques ont cessé leurs évacuations samedi soir. Pourtant, ils sont toujours des milliers d'Afghans à se presser aux abords de l'aéroport, espérant partir. Parmi eux, une dizaine de supplétifs, de collaborateurs, de traducteurs de l'armée française qui étaient totalement éligibles, au vu de leurs documents, à demander l'asile en France. Ils vivent ça comme une forme de déshonneur, ils pointent du doigt la France comme une honte de les avoir laissés et il se cachent désormais, car ils se savent traqués par les talibans, conclut le journaliste.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.